La chute de Bill Cosby, reconnu coupable d'agression sexuelle

International

Toute L'info sur

Hollywood : le scandale Harvey Weinstein

VIOL - Accusé par plus de 60 femmes, l'ancien homme de télévision a été reconnu coupable d'agression sexuelle sur une femme, Andrea Constand. La seule pour laquelle les faits n'étaient pas prescrits. Il risque 30 ans de prison.

Ses accusatrices - près de 60 femmes - l'avait décrit comme un prédateur sexuel aux méthodes éprouvées. Bill Cosby - l'un des hommes de télévision les plus célèbres des Etats-Unis - a été reconnu coupable jeudi soir d'agression sexuelle par un jury populaire de Pennsylvanie. Dans cette affaire, il était jugé pour agression sexuelle sur Andrea Constand. La seule victime pour qui les faits, qui remontent à 2004, se sont pas prescrits. On ne connait pas encore la peine qui lui sera infligée. Mais l'animateur aujourd'hui âgé de 80 ans risque jusqu'à 30 ans de prison. 

Même s'il y a plusieurs années déjà que le créateur du "Cosby Show" n'est  plus considéré comme la figure morale qu'il a longtemps incarnée, en  particulier pour la communauté afro-américaine, ce verdict est un coup très dur pour le comédien de 80 ans, inculpé en décembre 2016, et  qui a été reconnu coupable des trois chefs d'accusation. "Le combat n'est pas terminé", a toutefois affirmé son avocat. 

14 heures de délibération

Andrea Constand était présente dans la salle lors de l'énoncé du verdict après 14 heures de délibération. A l'audience, elle avait raconté son dîner avec l'animateur. Bill Cosby l'avait invitée à son domicile de Cheltenham (est), lui avait demandé de prendre trois pilules, pour se "détendre". Elle lui demande alors si ces pilules sont des plantes, le créateur du "Cosby Show" aurait acquiescé, selon elle. "Je vous crois", lui a-t-elle répondu, avant d'avaler les pilules.

Une demi-heure plus tard, l'ancienne basketteuse, alors âgée de 30 ans, ne parvenait plus à s'exprimer normalement, voyait double et ne réussissait pas à se lever. Après une brève perte de connaissance, elle se réveillait, alors que Bill Cosby se livrait à des attouchements sur elle, au niveau de la poitrine et du sexe, selon son témoignage. "J'essayais de remuer les mains, les jambes, mais j'étais paralysée, a-t-elle expliqué, d'une voix soudainement brisée. Je voulais que ça s'arrête."

D'autres femmes ont également témoigné au procès Cosby - y compris celles pour qui les faits étaient prescris. 

Une ancienne mannequin Janice Dickinson a raconté le même procédé. Cette grande femme brune de 1,78 m a été l'une des premières célébrités du mannequinat, des podiums à la couverture du prestigieux "Vogue", au point de gagner plusieurs centaines de milliers de dollars par an au tout début des années 80.

En vidéo

ARCHIVES - Premier procès de Bill Cosby : ses avocats tentent d'obtenir le non-lieu

Un verre de vin, une pilule, et un viol supposé

Elle faisait partie des cinq femmes citées par le procureur Kevin Steele pour évoquer, des faits anciens, qui ne sont pas visés par l'accusation mais ont pour but d'éclairer le jury sur le passé de Bill Cosby et les nombreux cas d'abus sexuels dont il est accusé.

Des contacts, une invitation (à Lake Tahoe dans le Nevada), un verre de vin, une pilule, et le brouillard, durant plusieurs heures, avec des moments de lucidité, fenêtres sur l'horreur, le récit de la sexagénaire correspondait, en beaucoup de points, à ceux de ses devancières.

"Voilà le papa de l'Amérique, couché sur moi, un homme heureux en mariage avec cinq enfants", a dit Janice Dickinson, évoquant l'un des rares instants de conscience dont elle se souvient. L'effet du sédatif était tel qu'elle dit avoir perdu conscience alors que le héros du "Cosby Show" était en train de la violer.

Janice Dickinson a raconté avoir demandé des explications à l'acteur à son réveil, sans en obtenir.

Lire aussi

Bill Cosby a toujours assuré qu'Andrea Constand était consentante.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter