La coalition internationale aurait négocié avec Daech la fuite de plusieurs centaines de jihadistes de Raqqa

DIPLOMATIE - Près de 250 jihadistes ainsi que leurs familles ont été exfiltrés de Raqqa dans les derniers jours de la bataille, avec l'appui de la coalition internationale. Un pacte aurait été signé entre les cadres de Daech et les Forces démocratiques syriennes pour épargner ces combattants contre une reprise plus rapide de la ville.

Le 12 octobre 2017, alors que les dernières poches de jihadistes étaient en train d’être écrasées une à une et que la reprise de la ville n’était plus qu’une question de jours, plusieurs centaines de combattants de l’Etat islamique aurait quitté la ville en toute tranquillité, sous les yeux des soldats de la collation.


C’est en tout cas ce qu’affirment des journalistes de la BBC dans une enquête publiée ce lundi. Selon eux, les commandants jihadistes auraient négocié un sauf-conduit pour 250 combattants et leurs familles avec les kurdes des forces démocratiques syriennes. Une forme de retraite organisée pour économiser des vies des deux côtés.


Les journalistes britanniques ont interrogé plusieurs conducteurs de camion qui ont assuré avoir convoyé les combattants jihadistes. En tout 4000 personnes auraient pu ainsi fuir la ville, dont 250 combattants. Le convoi aurait été composé d’une cinquantaine de camions, de 13 bus et de 100 véhicules de l’EI. Les camions auraient également acheminé des tonnes d’armes et de munitions. 

Les convoyeurs expliquent que des avions de la coalition ont même survolé la colonne, longue de plusieurs kilomètres pour larguer des fusées éclairantes et guider les véhicules. 

Des jihadistes français en route pour l'Europe ?

Selon la BBC, l'accord ne prévoyait pas l'évacuation des jihadistes étrangers, mais beaucoup auraient néanmoins profité de l'occasion pour déserter. Certains auraient rejoint les derniers territoires contrôlés par Daech et d'autres auraient rejoint la Turquie.


Mais le témoignage glaçant d'un jihadiste français évoque même le retour de certains en Europe. Selon ce terroriste réfugié à Idlib, qui se nomme Abu Basir al-Faransy, certains jihadistes français seraient repartis en direction de la France pour mener des attaques.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L’assaut de Raqqa, "capitale" de Daech

Plus d'articles

Sur le même sujet