La coiffure de Donald Trump : comme un cheveu sur sa soupe...

International

ETATS UNIS - A quelques jours du lancement des primaires, le favori des sondages réussi à mettre d’accord ses soutiens et ses détracteurs sur un seul sujet : ses cheveux. Ou plutôt, la moumoute qui trône sur sa tête et dont plusieurs spécialistes aimeraient bien s’occuper.

"Mes cheveux ne sont peut-être pas très beaux. Mais ce sont les miens". Dans un rare élan de sincérité, Donald Trump reconnaissait il y a quelques temps sur Channel 4 que sa capillarité était... problématique. Difficile pour le milliardaire en lice pour l’investiture républicaine de contester l’incontestable : qu’ils soient pour ou contre sa candidature, tous les Américains s’accordent à dire que sa coiffure est un problème.

La meilleure description revient peut-être même à un Français. Pour Frédéric Mennetrier, dont la clientèle compte Kim Kardashian ou le mannequin brésilien Alessandra Ambrosio, sa chevelure est "à cheval entre une queue de loutre et un épis de maïs en fleur". En effet, suivant les photos et les saisons, les cheveux du milliardaire épousent toute une palette de teintes, du jaune canari au fauve orangé. Pour Stéphane Bodin, qui a coiffé Uma Thurman, Naomi Watts, Jean Dujardin ou Eric Cantona, la chevelure de Trump, avec sa coloration "jaune d'oeuf, jaune poussin", est "le comble du mauvais goût".

A LIRE AUSSI >>  Donald Trump, un "imbécile" pour des députés britanniques

Des implants depuis 1991

Pour Donald Trump, les ennuis ont commencé dans les années 1970. Des photos le montrent avec les cheveux déjà assez longs, la raie à droite. Mais sa "choucroute" bien laquée apparaît vers la fin des années 1980. Désormais emblématique, il suffit aux caricaturistes de la dessiner, sans le reste du visage, pour qu'instantanément le lecteur visualise le personnage. Le magazine Gran tapa de @TheEconomist sobre la ?quot;amenaza Trump": "Washington, we have a problem..." pic.twitter.com/JAG9nkHV0y— Gustavo Villa (@GVIllaOK) 3 Septembre 2015 ">The Economist l'a représentée sur une de ses couvertures, flottant au-dessus de la Maison Blanche. "Washington, on a un problème", a-t-il titré, en référence au célèbre SOS de la mission spatiale Apollo 13.

En 1991, le magnat frôle carrément le drame. Selon une biographie non autorisée, ils serait violemment crêpé le chignon avec son épouse Ivana. En cause : une réduction de tonsure selon lui ratée par un chirurgien recommandé par cette dernière. Selon Louis Licari, le fidèle coiffeur d'Ivana cité dans la presse, Donald Trump s'est alors fait poser des implants. Moumoute ou pas, les experts estiment que le candidat pourrait améliorer l'esthétique de sa permanente. "M. Trump fait partie des ces gens qui doivent changer leur regard sur eux-mêmes. Arrêter de vouloir une couleur qui n'est plus la sienne", remarque le coiffeur Frédéric Mennetrier. Et ce dernier de rappeler que Donald Trump est né... châtain clair.

A LIRE AUSSI >> PHOTOS — Le pire de Trump

Lire et commenter