La communauté internationale condamne unanimement le coup d'État en Birmanie

Coup d'État en Birmanie : Aung San Suu Kyi arrêtée par l'armée, qui déclare l'état d'urgence

INTERNATIONAL - L'armée birmane a arrêté la cheffe de facto du gouvernement civil Aung San Suu Kyi et le président du pays. Les putshistes ont pris le pouvoir, plaçant des généraux aux principaux postes. Les condamnations internationales n'ont pas tardé.

"Les États-Unis s'opposent à toute tentative de modification des résultats des récentes élections ou d'entrave à une transition démocratique en Birmanie et vont agir contre les responsables si ces mesures (les arrestations, ndlr) ne sont pas abandonnées". Le porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a fermement condamné le coup d'État perpétré par l'armée en Birmanie. Les Américains ont rapidement été imités par de nombreux pays, soucieux de marquer leur soutien à cette jeune démocratie dans ce pays d'Asie du Sud-Est. Par la voix du porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, la France a ainsi demandé de respecter le résultat des élections. "Il y a eu des élections au mois de novembre dernier, Mme Aung San Suu Kyi a été élue et dans ces conditions nous appelons à ce que le résultat des urnes en Birmanie, le résultat du vote des Birmans, soit respecté", a-t-il indiqué. Même réaction au Royaume-Uni où Boris Johnson "condamne le coup d'État en Birmanie et l'emprisonnement illégal de civils, dont Aung San Suu Kyi". "Le vote de la population doit être respecté et les dirigeants civils doivent être libérés", martèle-t-il. 

Protagoniste de la région et "voisin amical" de la Birmanie, la Chine a demandé aux acteurs militaires et politiques de "régler leurs différends dans le cadre de la constitution et des lois". Même son de cloche du côté du Japon qui exhorte "l'armée nationale à rétablir rapidement le système politique démocratique" et à libérer les "parties prenantes, y compris la conseillère d'État Aung San Suu Kyi" arrêtées cette nuit.

"Un coup dur aux réformes démocratiques"

Parallèlement, des organisations internationales ont aussi durci le ton. "Je condamne fermement le coup d'État en Birmanie et appelle les militaires à libérer tous ceux qui ont été illégalement détenus lors de raids à travers le pays. Le résultat des élections doit être respecté et le processus démocratique doit être rétabli", a ainsi écrit le président du Conseil européen, Charles Michel, sur Twitter ajoutant que "le peuple du Myanmar veut la démocratie. L'UE est avec lui". De son côté, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a condamné "fermement" l'arrestation par l'armée d'Aung San Suu Kyi et d'autres dirigeants politiques. Avec "la déclaration du transfert de tous les pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires aux militaires", "ces développements portent un coup dur aux réformes démocratiques en Birmanie", s'est-il encore désolé.

Lire aussi

Pour rappel, un coup d'État a été perpétré ce lundi en Birmanie par la puissante armée qui a arrêté la cheffe de facto du gouvernement civil Aung San Suu Kyi et proclamé l'état d'urgence pour un an. Les militaires affirment que ce putsch est nécessaire pour préserver la "stabilité" de l'État. Les principaux chefs de ce coup de force accusent la commission électorale de ne pas avoir remédié aux "énormes irrégularités" qui ont eu lieu, selon eux, lors des législatives de novembre, remportées massivement par le parti d'Aung San Suu Kyi, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), au pouvoir depuis les élections de 2015. Ils exigeaient que la liste des électeurs soit publiée à des fins de vérification, une requête refusée par les autorités. Désormais, le chef de l'armée, le général Min Aung Hlaing concentre désormais les pouvoirs "législatif, administratif et judiciaire". 

Indépendante depuis 1948, la Birmanie est sortie il y a tout juste 10 ans d'un régime militaire au pouvoir pendant presque un demi-siècle. Les deux derniers coups d'État dans le pays remontent à 1962 et 1988.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Face au risque d'un confinement national, "il y a encore de l'espoir", estime Jérôme Salomon

EN DIRECT - Covid-19 : 23.996 cas ces dernières 24 heures, en hausse de 7% sur une semaine

Covid-19 : Jean Castex appelle à renforcer les contrôles dans les 20 départements sous surveillance

"C’est les mêmes gars" : avec Tom Ross, Florent Pagny a trouvé son double dans "The Voice"

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Lire et commenter