La Corée du Nord a tiré deux "missiles de courte portée"

International

TENSIONS - Les Etats-Unis ont confirmé les informations sud-coréennes selon lesquelles la Corée du Nord a tiré deux projectiles, précisant qu'il s'agissait d'engins de courte portée.

La Corée du Sud a annoncé que Pyongyang avait tiré deux "projectiles" non identifiés. Une information confirmée peu après par Washington qui a précisé qu'il s'agissait d'engins de courte portée. "Je peux confirmer que c'était de courte portée", a indiqué à l'AFP un responsable américain, s'exprimant sous le couvert de l'anonymat. Il n'a pas indiqué quand le tir avait été effectué. 

Un projectile de courte portée

Ce responsable américain réagissait à l'annonce quelques minutes plus tôt de l'état-major des armées sud-coréennes, cité par l'agence de presse de Corée du Sud Yonhap, selon lequel la Corée du Nord avait tiré un "projectile" non identifié. Séoul a ensuite précisé qu'un deuxième projectile avait été lancé. La précision sur la portée de l'engin est importante, Donald Trump ayant affirmé par le passé que des engins de courte portée n'affecteraient pas les négociations avec Pyongyang.

"Je ne considère pas cela du tout comme une rupture dans la relation de confiance. A un certain moment, cela pourrait arriver. Mais à ce stade, non", déclarait-il en mai après des tirs de missiles nord-coréens. "Il s'agissait de missiles de très courte portée, quelque chose de très standard", avait-il insisté. Chacun des projectiles a parcouru une distance d'environ 430 kilomètres, ajoute l'état-major de Séoul.

Tokyo a aussitôt condamné les tirs effectués par la Corée du Nord. "S'il s'agit de missiles balistiques, c'est une violation des résolutions de l'ONU (...) Les récents tirs de projectiles sont extrêmement regrettables", a déclaré le ministre japonais de la Défense Takeshi Iwaya.

Lire aussi

 La Corée du Nord avait prévenu le 17 juillet que des exercices militaires imminents de Washington et Séoul pourraient avoir des répercussions sur la reprise annoncée de ses pourparlers avec les Etats-Unis, laissant entendre qu'elle pourrait revoir son moratoire sur ses essais balistiques et nucléaires. Les Etats-Unis et la Corée du Sud effectuent des exercices militaires conjoints depuis des années. Mais l'échelle en a été réduite pour faciliter le dialogue avec le Nord à la suite du premier sommet historique entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un à Singapour en juin 2018.

Le président américain, qui espère convaincre Pyongyang de renoncer à son programme nucléaire, a rencontré le mois dernier le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un pour la troisième fois.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter