La Corée du Nord accueille le pape avec des tirs de missiles

International
DirectLCI
ASIE - Le pape François est arrivé jeudi matin en Corée du Sud pour une visite de 5 jours, au cours de laquelle il entend promouvoir la réconciliation entre Pyongyang et Séoul. Mais la Corée du Nord a procédé à des tirs de missiles au moment même où il mettait le pied sur la péninsule.

La mer fait de nouveau les frais de la colère nord-coréenne. Pyongyang a procédé jeudi à 5 tirs de missiles à courte portée depuis ses côtes, à une distance d'environ 220 kilomètres dans la mer du Japon, selon un porte-parole du ministère de la Défense sud-coréen. "Ils auraient été mis à feu par un lance-roquettes multiple de 300 millimètres", a-t-il précisé.

Une manœuvre militaire en guise de comité d'accueil pour le pape François . Le chef de l'Eglise catholique est en effet arrivé dans la matinée dans la capitale sud-coréenne, Séoul, où il entend porter un message de paix entre les Corée du Nord et du Sud. Il doit notamment célébrer, le 18 août, une "messe pour la réconciliation". Mais le régime de Kim Jong-un a refusé que des chrétiens nord-coréens viennent à sa rencontre.

"La paix par le dialogue"

"Il est assez inconvenant de tirer ce genre de projectiles le jour de l'arrivée du pape qui vient apporter sa bénédiction à tous les habitants de la péninsule coréenne, qu'ils vivent au Sud ou au Nord", a réagi un porte-parole de la diplomatie sud-coréenne.

Le pape François a répondu aux salves de missiles par un appel au dialogue, estimant que "la paix peut être atteinte par l'écoute tranquille et le dialogue, plus que par les récriminations mutuelles". Faisant référence au surnom de la péninsule coréenne, Jorge Bergoglio a ajouté qu'"en dépit des épreuves, la chaleur du jour et l'obscurité de la nuit ont toujours laissé naître le matin calme, c'est-à-dire une espérance tenace dans la justice, la paix et l'unité".

Le timing de sa visite est toutefois des plus mauvais pour obtenir des signes d'apaisement. La Corée du Nord a en effet durci le ton ces derniers jours à l'approche des exercices militaires annuels communs entre la Corée du Sud et les Etats-Unis. Alors que ceux-ci doivent commencer lundi, Pyongyang a exigé que Séoul y renonce, sous peine de précipiter les deux pays "au bord de la guerre".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter