"La Corée du Nord ferait mieux de ne pas tester la détermination" de Trump, met en garde son vice-président

International

GUERRE DES MOTS – En visite en Corée du Sud lundi, le vice-président américain Mike Pence a fait savoir que les Etats-Unis n’excluaient aucune option pour régler le problème balistique et nucléaire nord-coréen. Et a averti Pyongyang de ne pas douter de la "détermination" de Trump.

Ne testez pas la "détermination" de Donald Trump. Cette mise en garde lancée à la Corée du Nord a été adressée ce lundi par le vice-président américain Mike Pence lors d’une visite très symbolique en Corée du Sud. "Ces deux dernières semaines, le monde a été le témoin de la puissance et de la détermination de notre nouveau président lors d'opérations menées en Syrie et en Afghanistan", a-t-il développé en référence à la frappe américaine contre une base aérienne du régime syrien et au largage d'une méga-bombe contre des djihadistes en Afghanistan. "La Corée du Nord ferait mieux de ne pas tester sa détermination (ndlr : celle de Donald Trump) ou la puissance des forces armées des Etats-Unis dans cette région", a-t-il ainsi averti lors d'une conférence de presse à Séoul.

Arrivé dimanche en Corée du Sud, Mike Pence s'était tout d'abord rendu près de la frontière entre les deux Corées, une des zones les plus militarisées de la planète. Il avait alors expliqué qu'il voulait parvenir à la sécurité "au travers de moyens pacifiques, grâce à la négociation" mais que "toutes les options" étaient "sur la table". La venue de Mike Pence intervient après une semaine de tensions exacerbées entre Washington et Pyongyang. 

"Une réponse écrasante à toute utilisation d'armes"

La semaine dernière, Donald Trump avait promis de "traiter le problème nord-coréen" qui, en dépit des interdictions de la communauté internationale poursuit son programme nucléaire, et annoncé l'envoi vers la péninsule coréenne du porte-avions Carl Vinson escorté par trois navires lance-missiles et une "armada" comprenant des sous-marins. En réponse, Pyongyang s’est dit prêt à répondre à une "attaque nucléaire" par "le nucléaire". 

A l’occasion du 105e anniversaire de la naissance du fondateur de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), Kim Il-Sung, un gigantesque défilé militaire a été organisé à Pyongyang ce week-end. Le régime nord-coréen pourrait y avoir présenté des missiles intercontinentaux. Il a effectué le lendemain l'essai d'un tir de missile qui a échoué. "Nous anéantirons toute attaque et nous opposerons une réponse écrasante et efficace à toute utilisation d'armes conventionnelles ou nucléaires", a prévenu le vice-président américain lundi qui a exhorté la communauté internationale et tout particulièrement la Chine à faire pression sur la Corée du Nord. 

Voir aussi

Mike Pence a également rappelé que la relation entre Séoul et Washington était "à toute épreuve et inaltérable". "Le message du peuple des Etats-Unis d'Amérique est que nous recherchons la paix, mais l'Amérique a toujours cherché à parvenir à la paix en utilisant la force, et mon message aujourd'hui, alors que je me tiens avec les forces américaines en Corée, avec les militaires courageux de la République de Corée, est un message de détermination", a-t-il déclaré. 

"L'ère de la patience stratégique est révolue", a-t-il conclu en référence à l’ancienne administration. Barack Obama refusait tout dialogue avec la Corée du Nord et avait durci les sanctions dans l'espoir que Pyongyang fasse des gestes tangibles vers la dénucléarisation. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter