La Corée du Nord tire un nouveau missile, Trump se demande si Kim Jong-Un "n'a rien de mieux à faire de sa vie"

DirectLCI
DIPLOMATIE A LA TRUMP – Comme à son habitude, c’est dans un tweet que le président américain a réagi au nouveau tir de missile balistique effectué par le régime de Kim Jong-Un mardi. "Est-ce que ce mec n’a rien de mieux à faire de sa vie ?", a-t-il écrit, dénonçant une "absurdité". De son côté, Pyongyang a promis une "annonce importante" à 8h30 (heure française).

On peut être président des Etats-Unis et continuer à utiliser les réseaux sociaux comme un citoyen lambda. Quitte à déclencher une crise diplomatique de grande ampleur. Après sa virulente attaque contre CNN et la liberté de la presse, c'est encore sur Twitter que Donald Trump a fait des siennes. Et le contexte, mêlant Corée du Nord et missiles, est autrement plus grave. Le président américain a dénoncé "une absurdité" en réaction au nouveau tir de missile balistique par la Corée du Nord mardi 4 juillet, jour - hasard du calendrier ?  - de la fête nationale américaine.

"La Corée du Nord a lancé un autre missile. Est-ce que ce mec n’a rien de mieux à faire de sa vie ? Difficile de croire que la Corée du Sud et le Japon tolèreront cela très longtemps. Peut-être que la Chine va faire un geste fort au sujet de la Corée du nord et mettre fin à cette absurdité une bonne fois pour toutes", a-t-il écrit dans deux messages de moins de 140 signes, en ne citant pas clairement Kim Jong-Un, le leader nord-coréen. Pas vraiment la meilleure manière de répondre à une crise qui dure depuis des semaines. 

Le dernier test nord-coréen remontait au 8 juin, avec un missile de croisière sol-mer. Le "missile balistique non identifié"  lancé mardi l'a été depuis un site proche de Banghyon, dans la province de Phyongan Nord, frontalière de la Chine, a indiqué l'état-major interarmes sud-coréen dans un communiqué. L'armée américaine a affirmé qu'il s'agissait d'un projectile de portée intermédiaire. Il a selon l'armée sud-coréenne parcouru "plus de 930 kilomètres" avant de s'abîmer en mer Orientale, appellation coréenne de la mer du Japon, dans la zone économique exclusive du Japon. Le ministère japonais de la Défense a estimé qu'il avait "nettement dépassé" l'altitude de 2500 kilomètres. Le porte-parole du gouvernement japonais a, lui, affirmé que le missile avait volé "pendant environ 40 minutes", ce qui est une durée inhabituellement longue.

Une "annonce importante" de Pyongyang à 8h30

"Ce tir montre clairement que la menace a augmenté", a déclaré de son côté aux journalistes le Premier ministre japonais Shinzo Abe.  "J'encourage aussi le président (chinois) Xi Jinping et le président (russe Vladimir) Poutine à prendre davantage de mesures constructives", a-t-il poursuivi alors que les Etats-Unis, la Corée du Sud et le Japon doivent se réunir cette semaine en marge du G20. Donald Trump a reçu le nouveau président sud-coréen Moon Jae-In la semaine dernière.

En vidéo

Dans une vidéo de propagande, la Corée du Nord montre des missiles détruisant l'Amérique

Si Pyongyang ambitionne ouvertement de se doter de missiles intercontinentaux capables de porter le feu nucléaire sur le sol américain, les analystes ont des doutes sur sa capacité à miniaturiser une tête nucléaire pour la monter sur un missile. Ils ne pensent pas non plus que Pyongyang maîtrise à l'heure actuelle la technologie de rentrée dans l'atmosphère nécessaire à un missile intercontinental. Le régime de Kim Jong-Un a indiqué qu'il allait faire "une annonce importante" ce mardi à 8h30 heure de Paris. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter