La Corse salue "la naissance de la République de Catalogne", Paris ne reconnait que Madrid

RÉACTIONS - Le président de l'Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, a salué dès vendredi soir la "naissance de la République de Catalogne", quelques heures après sa déclaration unilatérale d'indépendance.

Alors que de nombreux états, à l’instar de la France mais aussi de l’Allemagne, refusent de reconnaître l’indépendance de la Catalogne, le président de l'Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, a salué vendredi la "naissance de la République de Catalogne" et exprimé sa solidarité à l'égard des dirigeants séparatistes. "Nous exprimons notre solidarité à l'égard de son gouvernement et de son peuple", écrit le dirigeant corse dans un communiqué publié sur Twitter. 


"Le gouvernement espagnol, poussé par les franges les plus extrémistes de ses partisans, a fait preuve d'une irresponsable intransigeance, le conduisant à décider l'abolition de l'autonomie catalane et la destitution de son gouvernement démocratique", poursuit Jean-Guy Talamoni, selon qui le parlement catalan a refusé "l'abaissement de sa démocratie et l'humiliation de son peuple".

Craignant "une forte aggravation des tensions", le président de l'Assemblée de Corse "regrette que cet événement historique n'intervienne pas dans une situation apaisée". Il en appelle à "tous les démocrates européens" pour "soutenir un peuple qui ne demande qu'à exercer librement ses droits naturels et inaliénables". La crise catalane intervient alors que les Corses, appelés aux urnes pour de nouvelles élections territoriales les 3 et 10 décembre, pourraient de nouveau porter au pouvoir les candidats nationalistes, qui se présentent unis pour obtenir un statut d'autonomie.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Indépendance de la Catalogne : la crise sans fin avec Madrid

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter