La France a rapatrié plusieurs enfants de djihadistes depuis la Syrie

International
DirectLCI
TERRORISME - Le Quai d'Orsay a annoncé ce vendredi avoir rapatrié "plusieurs mineurs orphelins et isolés, âgés de 5 ans et moins, qui se trouvaient dans des camps du nord-est de la Syrie". Au total, cinq enfants ont été rapatriés.

"La France a procédé ce jour au retour de plusieurs mineurs orphelins et isolés, âgés de 5 ans et moins, qui se trouvaient dans des camps du nord-est de la Syrie." Voilà ce qu'indique le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué envoyé ce vendredi 15 mars. Les autorités françaises ont précisé que "ces enfants font l'objet d'un suivi médical et psychologique particulier et ont été remis aux autorités judiciaires".


En tout, cinq enfants de djihadistes ont été rapatriés vendredi. Ils vivaient jusqu'ici dans des familles d'accueil ou des camps en Syrie. Ils sont rentrés à bord d'un avion de l'armée de l'air française, a indiqué le quai d'Orsay. 

Trois frères figurent parmi les enfants

Le ministère a souligné que "les proches concernés, qui étaient en contact avec le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, ont été informés". Parmi les cinq enfants figurent trois frères de 1, 3 et 5 ans, dont la mère, Julie Maninchedda, a été tuée dans un bombardement en Syrie et dont les grands-parents avaient demandé en février à Emmanuel Macron de les rapatrier. "Nous avons toujours su qu'il était possible à la France de venir en aide à ces tout-petits", se sont réjouis vendredi les grand-parents.


"La France remercie les Forces démocratiques syriennes de leur coopération, qui a rendu possible cette issue. La décision a été prise au regard de la situation de ces très jeunes enfants particulièrement vulnérables", a indiqué le ministère.

92 enfants rapatriés

Selon les derniers chiffres fournis par la Chancellerie à LCI, 87 mineurs avaient été précédemment rapatriés en France depuis la zone irako-syrienne, auxquels s'ajoutent les 5 enfants rapatriés vendredi. Parmi eux, 81 mineurs ont fait l'objet d'une procédure en assistance éducative. 


Concernant les personnes majeurs, selon un décompte établi début février, les services de renseignement avaient recensé 269 personnes revenues sur le territoire national (191 hommes et 78 femmes), parmi lesquelles 145 individus ont été placés en détention provisoire, 50 étaient libres (sursis, fin de peine ou sous contrôle judiciaire), et 2 ont été relaxés. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter