La France remboursera 1,2 milliard à la Russie pour les frégates Mistral

International
NÉGOCIATIONS - François Hollande et Vladimir Poutine sont parvenus à un accord au sujet du refus de la France de livrer deux navires Mistral à la Russie. Pas de préjudice ni de pénalité à verser, mais une somme rondelette à rembourser, a annoncé l'Elysée, mercredi 5 août.

La France remboursera donc l'intégralité du montant payé par la Russie pour l'acquisition des frégates Mistral. Le contrat, signé entre Nicolas Sarkozy et Vladimir Poutine en juin 2011, était devenu caduque lorsque, en novembre 2014, François Hollande avait décidé sa rupture en raison du rôle joué par la Russie dans la guerre civile en Ukraine. Cette "punition" faisait suite aux sanctions économiques prises par l'Union européenne à l'encontre du géant de l'Oural.

1,2 milliard d'euros au lieu de 1,16 milliard.

Suite à un dernier entretien mercredi 5 août, dans l'après-midi, le chef de l'Etat français et son homologue russe ont donc confirmé "que la France et la Russie sont parvenues à un accord pour mettre un terme au contrat (...), qui prévoyait la livraison de deux bâtiments de projection et de commandement de type Mistral", a ainsi commenté l'Elysée.

Le montant à rembourser ? 1,2 milliards d'euros. Soient tout de même quelques dizaines de millions d'euros supplémentaires par rapport à la somme révélée par un diplomate russe le 31 juillet. De quoi faire considérer à la Russie que l'affaire est "totalement réglée". Et éviter à la France de perdre la face, puisqu'elle s'est vue épargner le paiement de pénalités supplémentaires. 

EN SAVOIR +
>> La France a-t-elle bien fait de dire "niet" à la Russie ?
>> La France va rembourser la Russie

Le Vladivostok, qui devait être remis à Moscou en novembre dernier, et le Sébastopol, qui aurait dû être livré à l'automne, ne quitteront donc pas Saint-Nazaire. Sans que la Russie ait véritablement infléchi sa position vis-à-vis de l'Ukraine. Une opération blanche, vraiment ?

EN SAVOIR + >> Vol MH17 abattu en Ukraine : la Russie refuse la création d'un tribunal spécial

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter