Hongrie : le référendum d'Orban invalidé par l'abstention

International
DirectLCI
EUROPE - Quelque 8,3 millions d'électeurs étaient appelés à répondre à la question suivante : "Voulez-vous que l’Union européenne décrète une relocalisation obligatoire de citoyens non-hongrois en Hongrie sans l’approbation du Parlement hongrois?"

Les Hongrois ont voté ce dimanche à l'occasion d'un référendum que le Premier ministre Viktor Orban voulait transformer en plébiscite pour sa politique anti-migrants et en pied-de-nez à la volonté de l'Union européenne de répartir les réfugiés entre Etats membres. 


Le scénario attendu n'a pas été celui-là. Certes, les opposants aux relocalisations de réfugiés au sein de l'UE l'emportent de très loin, le camp du non ayant recueilli 98,3% des suffrages, selon des chiffres officiels presque définitifs. Mais avec une participation de 39,9%, la consultation à forte valeur symbolique initiée par le chef de l'exécutif hongrois n'aura pas force légale. Le nombre de votes exprimés devait représenter au moins 50% des inscrits pour que le scrutin soit valide.


"Bruxelles ne pourra pas imposer sa volonté à la Hongrie", a estimé le Premier ministre Viktor Orban dans une allocution, soulignant vouloir "faire comprendre à Bruxelles qu'ils ne peuvent pas ignorer la volonté de plus de 3 millions d'électeurs".

En vidéo

Hongrie : ouverture des bureaux de vote

Lire aussi

VIDÉO - Accueillir ou non des migrants, les hongrois votent aujourd'hui

En vidéo

Accueillir ou non des migrants, les hongrois votent aujourd'hui

Quelque 8,3 millions d'électeurs étaient appelés à répondre à la question suvante : "Voulez-vous que l'Union européenne décrète une relocalisation obligatoire de citoyens non-hongrois en Hongrie sans l'approbation du Parlement hongrois ?" Une interrogation qui avait tout pour susciter le rejet, puisqu'elle sous-entendait qu'un "oui" remettrait en cause la souveraineté du parlement national.


"Je suis fier que nous soyons les premiers (en Europe) à répondre à cette question dans les urnes, même si nous sommes malheureusement les seuls", avait déclaré Viktor Orban en votant à Budapest. 


L'opposition et les ONG de défense des droits de l'homme avaient appelé au boycott ou au vote nul.

Aucun impact juridique

Budapest n'a proposé à ce jour aucune place d'accueil de réfugiés relocalisés et souhaitait, par ce référendum, s'affranchir de toute obligation de contribuer à l'effort européen de répartition des migrants.


La Commission européenne affirme que le scrutin n'aura aucun impact juridique sur les engagements adoptés. "Les Etats membres ont la responsabilité légale d'appliquer les décisions prises", a rappelé le commissaire aux Migrations Dimitris Avramopoulos.


La Hongrie est censée accueillir au moins 1294 migrants en vertu du plan européen de répartition de 160.000 demandeurs d'asile adopté il y a un an. Celui-ci est toutefois largement resté lettre morte, seuls quelques milliers de personnes ayant été "relocalisées". 

En vidéo

Hongrie : Victor Orban a voté !

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter