La Nouvelle-Zélande frappée par un très violent séisme, deux morts

DirectLCI
TREMBLEMENT DE TERRE - Le puissant séisme de magnitude 7,8 qui a secoué dimanche le centre de la Nouvelle-Zélande a fait deux morts, selon le dernier bilan des autorités. Des bâtiments ont été endommagés et une alerte au tsunami a été lancée. Les populations de l'île du Sud ont été invitées à rejoindre les hauteurs.

La Nouvelle-Zélande a été secouée par un séisme de magnitude 7,8 - un des plus violents de son histoire  - ce dimanche un peu après minuit  (11 heures du matin à Paris). Le tremblement de terre, largement ressenti dans tout le pays, est survenu à 91 kilomètres de la ville de Christchurch, la plus grande ville de l'île du Sud. Selon un premier bilan des autorités, la secousse aurait fait deux morts mais ce chiffre n'est que provisoire. Cette partie de l'île avait déjà été frappée en février 2011 par un séisme de magnitude 6,3 qui avait fait 185 morts. 

Alerte au tsunami : les habitants évacués des zones exposées

Les autorités de sécurité civile ont demandé aux populations vivant sur la côte est de l'île du Sud de gagner les hauteurs de l'île en raison d'une alerte au tsunami. Des évacuations ont même commencé sur le littoral. "De premières vagues, certaines de deux mètres de haut, ont touché la côte", a déclaré le ministère de la Défense civile Gerry Brownlee, avertissant dans un bulletin spécial que d'autres, susceptibles d'atteindre cinq mètres, pouvaient suivre. Cette onde océanique a un caractère "dangereux" et un "tsunami destructeur" est possible, a-t-il mis en garde.


Selon le ministre, le bilan ne devrait plus s'alourdir. "Je pense que s'il y avait eu des blessés graves ou plus de morts, nous en aurions entendu parler maintenant", a-t-il déclaré à Radio New Zealand. "Il semble que l'infrastructure soit le plus gros problème, même si je ne veux pas minorer les souffrances (...) et la peur terrible que tellement de gens ont subies".

Des routes coupées, circulation des trains interrompus

À Wellington, la capitale, des habitants ont raconté que des vitres étaient tombées de certains bâtiments dans la rue. Des informations encore imprécises ont fait état de victimes près de Kaikoura, une localité côtière de l'Ile du Sud où s'est produit le tremblement de terre, a annoncé devant la presse le ministre de la Défense civile Gerry Brownlee. 


Dans de nombreuses régions, outre des dégâts matériels occasionnés à des habitations, des routes ont été coupées, la circulation de trains et la navigation de ferries interrompues et des pannes de courant et de téléphone constatées.

Nous nous sommes réveillés en sentant la maison tremblerUne habitante de Christchurch

"Nous étions endormis et nous nous sommes réveillés en sentant la maison  trembler", a déclaré à l'AFP Tamsin Edensor, une mère de deux enfants à  Christchurch. "Ça a continué à aller et venir en s'intensifiant", a-t-elle ajouté, en indiquant que le tremblement de terre avait duré "longtemps".


Elle a indiqué qu'il n'y avait pas de signes de dégâts dans sa rue et que  le courant électrique n'avait pas été coupé. "Nous ressentons des répliques  pour le moment, et nous allons faire des réserves d'eau par précaution". En septembre, un petit tsunami avait touché les côtes orientales de la  Nouvelle-Zélande à la suite d'un fort séisme en mer qui n'avait fait ni  victimes ni dégâts.


La Nouvelle-Zélande se trouve à la limite des plaques tectoniques de  l'Australie et du Pacifique, zone qui fait partie de la "ceinture de feu" du  Pacifique, où jusqu'à 15.000 séismes sont enregistrés chaque année.

En vidéo

Séisme en Nouvelle-Zélande : les images impressionantes des dégâts

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter