La page "Territoires palestiniens" du site du département d’État américain a disparu…

International

Toute L'info sur

La présidence Donald Trump

MAINTENANCE EN COURS ? - Depuis quelques jours, une page consacrée aux ‘"territoires palestiniens’" a disparu du site Internet du département d’État américain, le ministère des Affaires étrangères. Reflet de la politique actuelle de l’administration Trump dans cette région du monde ou simple bug informatique ?

Les interrogations se multiplient depuis quelques jours suite à la disparition d’une page consacrée aux territoires palestiniens sur le site Internet du département d’État américain. Alors que les dirigeants palestiniens y décèlent clairement la patte de Donald Trump et de son administration, ouvertement pro-israéliens, d’autres observateurs ne veulent y voir qu’un simple incident technique. Quoi qu’il en soit, la polémique est là.

Encore présente sur le site en début d’année, dans la section Proche-Orient, la page "Territoires palestiniens" a en effet disparu depuis quelques jours. Il n’y a donc plus moyen d’obtenir des informations sur la Cisjordanie et la bande de Gaza, ainsi que sur la politique américaine dans ces endroits de la planète. Une situation condamnée par le gouvernement de l’Autorité palestinienne qui y voit là "les biais pro-israéliens" de l'administration Trump. De son côté, via un responsable, le département d’État affirme qu’il n’y a pas de "changement de politique" des États-Unis vis-à-vis de la Palestine, simplement une mise à jour du site state.gov.

Refuser de voir la réalité ne suffit pas à en gommer l'existence- Saëb Erekat

Si, effectivement, le site du ministère des Affaires étrangères américain subit actuellement une refonte, le même responsable du département d’État n’a pas précisé si la page serait remise en ligne à l’issue de la mise à jour. "Refuser de voir la réalité ne suffit pas à en gommer l'existence", a twitté le secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saëb Erekat. Même type de réaction du côté de Dan Shapiro, ancien ambassadeur des États-Unis en Israël lors de la présidence de Barack Obama : "Les Palestiniens ne vont pas disparaître. Les intérêts américains requièrent qu'on discute avec eux."

Lire aussi

S’il se confirmait que cette conséquence de la refonte du site s'apparentait davantage à une nouvelle provocation du président américain et de son administration envers la Palestine, elle rejoindrait une liste qui commence à sérieusement s’allonger : reconnaissance unilatérale de Jérusalem comme capitale d’Israël, reconnaissance de la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan, fin de la quasi-totalité des aides accordées par les USA aux Palestiniens, disparition dans certains rapports du terme "territoires occupés", etc. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter