Avortement menacé en Pologne : la Première ministre fait machine arrière

Avortement menacé en Pologne : la Première ministre fait machine arrière

International
DirectLCI
LA VOIX DU PEUPLE - Lors d’une conférence de presse tenue ce mardi, Beata Szydlo a clairement pris ses distances avec la proposition de loi visant à interdire intégralement l’IVG en Pologne.

"Je veux le dire haut et fort : le gouvernement n’a jamais - et n’est pas - en train de travailler sur une loi qui changerait la législation sur l’avortement". Ce 4 octobre, en marge d’une conférence de presse dont les déclarations ont été rapportées par The Independent, la Première ministre polonaise a tenté d’apaiser la colère des femmes qui gronde à Varsovie contre la proposition de loi visant à interdire complètement l’IVG en Pologne. Alors que les réseaux sociaux s'embrasent ces dernières semaines, des milliers de manifestantes ont battu le pavé habillées de noir pour symboliser la mort de leurs libertés. 


Beata Szydlo a également condamné les propos du leader de son parti, le très conservateur Droit et justice Jaroslaw Kaczynski, fervent défenseur de la mesure et mentor de la ligne ultra-conservatrice du gouvernement, en vigueur depuis son arrivée au pouvoir en 2015. Plus tôt dans la journée, Kaczynski avait taxé de "marginales" les manifestations de ces derniers jours, notamment l'appel à la grève du 3 octobre. "Je l’ai convoqué et lui ai signifié que de tels commentaires sur le mouvement des femmes ne seraient pas admis", a fait savoir la ministre.

Lire aussi

Varsovie dans le viseur de l'UE

La proposition de loi, actuellement en commission parlementaire, vise à ne plus autoriser les avortements, sauf si la vie de la mère est en danger. A ce jour, l’interruption volontaire de grossesse est autorisée en cas de viol, d’inceste ou d’une grave pathologie de l’embryon. Il s’agit d'ores et déjà de l'une des régulations les plus dures de l’Union européenne, courronnée par des centaines de milliers d'avortements clandestins. 


Dans un premier temps, Beata Szydlo avait temporisé, avant de soutenir la loi - en vertu de sa "fidélité envers l’Eglise catholique". L’équipe au pouvoir paraît elle-même divisée sur une mesure majoritairement rejetée par la population. Sans compter que plusieurs bras de fer avec l’UE sur le thème des droits de l’Homme sont en cours. Le Parlement européen a en effet voté en avril dernier une résolution sur l’état de droit en Pologne. Concernant l’IVG, reste à savoir de quelle marge de manœuvre dispose le gouvernement, le projet de loi étant actuellement entre les mains du Parlement, qui lui est largement favorable.

Lire aussi

VIDÉO - Pologne : des milliers de femmes manifestent contre l'interdiction de l'IVG

En vidéo

Pologne : des milliers de femmes manifestent contre l'interdiction de l'IVG

VIDÉO - Avortement : tour d'Europe des législations

En vidéo

Avortement : tour d'Europe des législations

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter