Harcelée en prison, Chelsea Manning en grève de la faim pour défendre sa transsexualité

International

MONDE CARCÉRAL - Afin d’obtenir les soins hormonaux nécessaires à son changement de sexe comme obtenu en justice, Chelsea Manning, incarcérée pour son rôle dans la révélation du scandale WikiLeaks, a annoncé ce samedi qu'elle arrêtait de se nourrir

"Je ne demande rien d'autre que la dignité et le respect". Tels sont les mots écrits par Chelsea Manning à son entourage depuis sa prison militaire du Texas. L’ex-taupe de Wikileaks y annonce avoir entamé samedi 10 septembre une grève de la faim en vue d’obtenir le traitement hormonal nécessaire à son changement de genre. Condamnée en 2013, elle avait obtenue deux ans plus tard devant la justice le droit de changer de prénom et de recevoir des soins au centre pénitentiaire de Fort Leavenworth pour changer son apparence physique.

Mais, née homme sous le nom Bradley Manning, la militaire, qui purge 35 ans de prison pour avoir transmis 700.000 documents confidentiels à Wikileaks, affirme ne pas recevoir son dû. Notamment parce qu'elle n'a pas le droit d'avoir une coupe de cheveux féminine. Emprisonnée dans un pénitentier pour hommes, la longueur de ses cheveux ne peut pas dépasser cinq centimètres. 

J'ai besoin d'aide. Je n'en reçois aucune- Chelsea Manning

"J'ai besoin d'aide. Je n'en reçois aucune", se désespère-t-elle dans son communiqué. Chelsea Manning accuse l'administration pénitentiaire de "maltraitance". En juillet,  elle avait été brièvement hospitalisée suite à une tentative de suicide.

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter