La Thaïlande décrète la loi martiale, les Etats-Unis inquiets

International

INTERNATIONAL - La loi martiale a été décrétée mardi par l'armée en Thaïlande. Plusieurs dizaines de soldats ont été déployés dans Bangkok, après plusieurs mois de crise politique et des manifestations anti-gouvernementales ayant fait 28 morts.

Le climat est de plus en plus lourd en Thaïlande. Le pays d'Asie du Sud-Est, en proie à une crise politique depuis six mois, a décrété mardi soir la loi martiale, provoquant une vague d'inquiétude chez ses voisins et dans la communauté internationale. "Déclarer la loi martiale n'est pas un coup d'Etat", mais vise "à restaurer la paix et l'ordre public", a assuré l'armée dans une annonce faite à l'aube à la télévision.

Des déclarations qui n'ont pas rassuré le Japon et les Etats-Unis. Le premier a fait part de ses "grandes inquiétudes", tandis que les seconds ont insisté sur le fait que cette loi martiale devait être "temporaire" et ne pas saper "les principes démocratiques". Mais dans Bangkok mercredi matin, des soldats et véhicules militaires étaient déjà déployés, notamment dans le secteur des hôtels et des chaînes de télévision, a constaté l'AFP.

Dix chaînes privées d'antenne

Plusieurs dizaines d'hommes étaient également postés à proximité d'une manifestation des Chemises rouges – opposants pro-gouvernementaux - dans une banlieue de Bangkok. "Le public ne doit pas paniquer et continuer à vivre sa vie normalement", a pourtant enjoint l'armée dans son adresse télévisée. Mais les Thaïlandais gardent en mémoire les plus de 90 morts de 2010 lorsque celle-ci, sur ordre du gouvernement de l'époque, avait donné l'assaut contre ces opposants qui occupaient le centre de la capitale.

Et pour ne rien arranger, l'armée a décrété la censure des médias avec la privation d'antenne pour dix chaînes de télévision. Il est "interdit à tous les médias de rapporter ou de distribuer toute information ou toute photographie nuisibles à la sécurité nationale", a précisé l'un des généraux. Le gouvernement intérimaire n'avait pas été informé de l'application de la loi martiale, ce qui ne l'empêche pas de rester en fonction, a assuré l'un de ses membres. L'Histoire de la Thaïlande est émaillée de coups d'Etat – pas moins de 18 depuis 1932, date de l'instauration de la monarchie constitutionnelle – et l'actuelle crise politique a fait 28 morts en six mois.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter