La Turquie est-elle liée à la mort d'une journaliste américaine ?

La Turquie est-elle liée à la mort d'une journaliste américaine ?

International
DirectLCI
MOYEN-ORIENT - La correspondante en Turquie d'une chaîne d'information iranienne, Serena Shim, a été tuée dimanche dans un troublant accident de voiture près de la frontière ssyrienne. Elle tenait des informations compromettantes pour la Turquie et aurait été menacée par les services de renseignement du pays.

Son visage est passé en boucle dimanche sur la chaîne d'information iranienne Press TV , pour laquelle était correspondante en Turquie. Serena Shim, une journaliste de nationalité américaine et d'origine libanaise, habituée des zones de conflit, a été tuée dimanche dans un accident de voiture à la frontière entre la Turquie et la Syrie. Voilà pour la version officielle. Car Press TV, de son côté, y voit tout sauf un "accident".

Alors qu'elle rentre à son hôtel dimanche après un reportage dans la ville turque de Suruç, située à moins de 10 kilomètres de la frontière syrienne, la journaliste est tuée dans une collision entre la voiture qui la transportait et un poids-lourd dont l'identité du chauffeur reste inconnue, raconte Press TV. Deux jours plus tôt, dans un chat vidéo avec sa chaîne , Serena Shim disait avoir été menacée par les services de renseignement turcs, qui l'accusait d'espionnage. La trentenaire craignait d'être arrêtée.

Le plus troublant est que Serena Shim tenait une information de taille pouvant compromettre la Turquie sur la scène internationale : elle aurait filmé des convois de militants islamistes partis soutenir Daech depuis la Turquie. Ceux-ci auraient passé la frontière syrienne en toute légalité, cachés dans des camions arborant les logos du Programme alimentaire mondial et d'autres ONG humanitaires. 

Pour un analyste basé à Londres et  interviewé par Press TV , il n'en faut pas plus pour parler d'"assassinat" : "La réalité, c'est que notre sœur Serena a été assassinée par le régime d'Erdogan", le président de la République de Turquie. Pour l'heure, aucune preuve matérielle ne permet toutefois d'impliquer formellement Ankara dans cette disparition.

Reste que la Turquie est régulièrement critiquée par Reporters sans frontières pour les mauvais traitements réservés aux journalistes et figure à la 154e place sur 180 de son dernier  classement mondial de la liberté de la presse . Derrière les frontières syriennes et irakiennes, la situation est pire : 17 journalistes irakiens ont été assassinés par Daech ces dix derniers mois,  selon l'ONG , en plus des journalistes américains James Foley et Steven Sotloff. En toute impunité.

EN SAVOIR + >>  Etat islamique : le bourreau de Steven Sotloff et James Foley identifié

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter