La Turquie veut la rétablir : quels pays disposent-ils de la peine de mort ?

International
DirectLCI
INVENTAIRE - Le président Turc, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé son souhait de rétablir la peine de mort. Quels sont les pays prêts à en faire autant ? Quels sont ceux qui appliquent concrètement la sentence ? LCI fait le point.

Le chiffre est glaçant : 1634 personnes ont été exécutées en 2015 dans 25 pays, selon un rapport d’Amnesty International. En tête, un trio composé de l’Arabie Saoudite, de l’Iran et le Pakistan, qui représentent 89% des exécutions. A noter que l'ONG se dit incapable de réaliser un tel décompte pour la Chine en raison du secret d'Etat qui entoure le sujet.


Aujourd’hui, la Turquie envisage donc de rétablir ce châtiment. Le président turc a en effet annoncé ce samedi 29 octobre que le projet serait bientôt soumis au Parlement. L'objectif  de Recep Tayyip Erdogan : punir les auteurs du coup d’État manqué le 15 juillet dernier. Mais en 2016, la Turquie est-elle une exception ?


Cette année, outre la Turquie, un seul pays, sur fond d’autoritarisme, se dirige vers une réinstauration de la peine capitale : les Philippines. Élu début mai, le président Rodrigo Duterte a indiqué quelques jours après son élection qu’il souhaitait "presser le Congrès de rétablir la peine de mort par pendaison". Le chef d’État philippin entend notamment livrer une guerre sans merci aux criminels, et plus particulièrement aux trafiquants de drogue. 

Quels pays ont-ils réintroduit la peine de mort ces dernières années ?

En Tunisie, une nouvelle loi antiterroriste a été promulguée en juillet 2015. Et au sein du texte, une disposition sur la peine de mort pour les personnes qui commettent des crimes "terroristes". Même chose au Tchad où l'abolition n'aura duré que six mois, entre janvier et juillet 2015. Comme en Tunisie, la peine de mort a été rétablie "pour punir les auteurs d’actes terroristes". Pour l'instant, cette législation n'a cependant pas été appliquée dans ces deux pays.


D’autres États ont aussi choisi de réintroduire la peine de mort pour des délits moindres. Les Maldives ont par exemple décidé en 2014 de s'en munir à nouveau pour des crimes allant de la consommation d’alcool à l’homicide. La Cour suprême des Maldives a d'ores et déjà prévue de condamner à mort un homme coupable du meurtre d’un député en 2012.  Aucune date précise n’a toutefois été annoncée. 

Quels pays continuent-ils d’en faire usage ?

En Amérique, seuls les Etats-Unis exécutent les prisonniers. En 2015, 28 personnes ont été tuées, le chiffre le plus faible depuis 1991. Et un État fédéral se distingue : celui de la Pennsylvanie, qui enregistre à lui seul 18 exécutions, note Amnesty International. 


En Afrique, l'Egypte  a connu une hausse des exécutions au lendemain de la prise de pouvoir du maréchal Al-Sissi en 2013. Même constat pour la Somalie, selon Amnesty International. De son côté, le Nigéria enregistre "une diminution" en 2015. 


Autres pays concernés : la Biélorussie, Singapour, les Emirats Arabes Unis, la Jordanie, le Bangladesh, l’Inde, l’Indonésie, le Soudan du Sud ou encore Oman. Dans tous ces pays, des exécutions ont eu lieu ces dernières années.

Ces pays qui ont choisi d’y mettre fin récemment

Selon Amnesty International, ils sont au nombre de quatre : le Surinam, les Fidji, le Congo et Madagascar. 


Enfin, pour conclure par une note positive, Amnesty International souligne dans son rapport, qu’en 2015, une majorité de pays dans le monde avait aboli la peine de mort. Une première. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter