La vidéo d’un jeune homme torturé en direct sur Facebook émeut les Etats-Unis

La vidéo d’un jeune homme torturé en direct sur Facebook émeut les Etats-Unis

International
DirectLCI
VIOLENCE - La police américaine a annoncé avoir procédé à des arrestations après la diffusion d'images sordides, sur Facebook Live, montrant un homme de 18 ans maltraité par quatre autres jeunes. Une agression potentiellement à caractère raciste, les agresseurs, qui sont noirs, ayant crié "Fuck Donald Trump ! Fuck white people !" face à la victime, blanche.

C'est une vidéo particulièrement sordide, diffusée sur Facebook Live avant d'être reprise en boucle par les médias américains et sur les réseaux sociaux, qui secoue les Etats-Unis.


Pendant 30 minutes, on y voit un jeune homme prostré et baîllonné dans le coin d’un appartement subir les sévices de la part de quatre agresseurs. Ces derniers vont jusqu’à lui faire une entaille dans le crâne, provoquant un abondant saignement. 

"Fuck Donald Trump ! Fuck white people !"Les quatre agresseurs

La date de l'agression remonte à ce mardi 3 janvier près de Chicago. Très rapidement, le caractère raciste de l'acte a été avancé, les agresseurs, deux hommes et deux femmes qui  sont noirs, ayant crié à plusieurs reprises face à la victime, qui est blanche  : "Fuck Donald Trump ! Fuck white people !". "Nous cherchons à déterminer si oui ou non il s'agit d'un crime de haine ou d’un acte stupide", a déclaré la police, qui a annoncé mercredi que les quatre suspects avaient été arrêtés et étaient actuellement en détention provisoire.

En vidéo

Thanksgiving : Donald Trump appelle à l'unité

"En état de crise"

La police a décrit la victime comme un jeune de 18 ans qui souffrirait d'un handicap mental. Il errait dans la rue, en état de "crise", lorsque les forces de l’ordre l’ont retrouvé. Profondément traumatisé, il a été immédiatement emmené à l’hôpital. Et ce n’est qu’au bout de plusieurs heures qu'il est parvenu à raconter son calvaire. 


La victime a été enlevée par les suspects dans une banlieue de Chicago et conduite dans un quartier du sud-ouest de la ville, où elle a été séquestrée entre 24 et 48 heures, selon les forces de l'ordre, qui ont précisé que l'un des suspects avait connu la victime à l'école.

"Nous ne permettons pas aux gens de célébrer ou de glorifier les crimes"Facebook

De son côté, Facebook a supprimé la vidéo originale qui circulait. "Nous ne permettons pas aux gens de célébrer ou de glorifier les crimes sur Facebook", ont justifié les modérateurs du réseau social. Ce serait l'une des deux femmes ayant participé à l'agression qui aurait posté la vidéo. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter