L'amnésique d'Oslo reconnu par une famille tchèque

L'amnésique d'Oslo reconnu par une famille tchèque

DirectLCI
NORVEGE – Le mystère de l'amnésique d'Oslo pourrait être bientôt percé. Des parents tchèques croient avoir reconnu leur fils dans l'appel à témoins lancé par la police norvégienne mardi.

Le puzzle de la vie de l'amnésique d'Oslo est-il en train d'être reconstitué ? La police tchèque a livré jeudi des pièces qui pourraient s'avérer cruciales pour retrouver l'identité de ce jeune homme découvert le 14 décembre inconscient et blessé dans une rue de Norvège.

"Il s'agit avec une grande probabilité d'un ressortissant de la République tchèque âgé de 36 ans. Il a été reconnu avec certitude par plusieurs membres de sa famille", a déclaré jeudi une porte-parole de la police tchèque, qui a transmis "toutes les informations" dont elle disposait à ses homologues norvégiens. L'étranger polyglotte a été identifié grâce à la photo diffusée mardi dans les médias. Celui qui est surnommé "John Smith", une identité générique en attendant de connaître son vrai nom, avait en effet accepté que les enquêteurs diffusent son portrait après quatre mois de recherches infructueuses. "L'homme n'a pas été porté disparu en République tchèque. Les circonstances de son séjour en Norvège demeurent confuses", a ajouté la police tchèque.

"Annonce prématurée"

Mais face à ces nouveaux rebondissements, le principal concerné se montre très prudent. "Ce sont juste les allégations de quelqu'un. Je ne peux pas placer tous mes espoirs là-dessus parce que cela pourrait s'avérer inexact", a réagi John Smith, qui regrette une annonce "prématurée" de la police. "Beaucoup de personnes pensent m'avoir reconnu sur la base de cette unique photo (…) J'aimerais bien sûr que cela soit vrai mais je ne peux pas m'y accrocher comme si c'était le cas".

Le jeune homme ne se souvient de rien mais, au vu des stigmates sur son corps, il pense avoir été victime d'une violente agression avant d'être drogué et laissé pour mort dans le pays scandinave. John Smith devrait entrer en contact ce jeudi avec "ses parents tchèques" pour vérifier leurs dires. Mais à défaut de mémoire, les tests ADN s'avéreront indispensables pour percer les mystères de l'amnésique d'Oslo.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter