Le Brexit entre en vigueur ce soir à minuit : "Un jour historiquement triste" pour Clément Beaune

Le Brexit entre en vigueur ce soir à minuit : "Un jour historiquement triste" pour Clément Beaune

INTERVIEW - Invité politique de LCI ce jeudi 31 décembre, Clément Beaune, secrétaire d'État aux Affaires européennes, est longuement revenu sur le Brexit à quelques heures de la séparation entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.

À partir de ce jeudi à minuit, le Royaume-Uni et l'Union européenne consommeront leur séparation. Invité sur LCI à quelques heures du Brexit, Clément Beaune, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, a parlé d'un "jour historiquement triste", car "un pays quitte l'Union Européenne pour la première fois" : "Après plus de 45 ans de vie commune, c'est triste." Mais, a-t-il poursuivi, "il faut se porter vers l'avenir" : "Le Brexit doit nous enseigner un certain nombre de leçons, notamment sur les mensonges proférés aux Britanniques".  

Toute l'info sur

Brexit : goodbye United Kingdom

S'il y a certes "un malaise exprimé par les Britanniques lors du référendum" de 2016, "on leur a promis une liberté totale, une absence totale de contraintes... et je crois que ça n'arrivera pas", a déploré Clément Beaune. "Je ne souhaite pas de mal aux Britanniques mais je crois qu'il y a eu beaucoup de mensonges", a-t-il dit. Selon lui, le Brexit doit être "une leçon à tirer" pour "se tourner vers l'avenir et avancer plus vite, plus fort pour défendre nos intérêts" en tant qu'Européens.  

Lire aussi

"Le Royaume-Uni se punit lui-même"

Après quatre ans et demi de déchirements entre l'Union européenne et le Royaume-Uni, le Brexit va ainsi concrètement s'appliquer. De très longues négociations dans une logique punitive afin de dissuader tout autre pays de quitter l'Union Européenne ? Pour le secrétaire d'État, l'Europe "n'a pas cherché à punir" : avec le Brexit, "le Royaume-Uni se punit lui-même". 

"Si le Royaume-Uni pensait qu'il était si facile de sortir de l'Union Européenne, il pouvait le faire en 24 heures, ce qui s'appelle le 'no deal' (non accord), a développé le membre du gouvernement. Soit plus d'accès au marché européen, liberté retrouvée et il aurait signé des accords commerciaux avec la Chine et les Etats-Unis. Il ne l'a pas fait parce que beaucoup de pays disent au Royaume-Uni que cela ne les intéresse pas, préférant travailler avec les Européens et parce que les Britanniques s'aperçoivent que ne pas avoir accès au marché européen est un drame économique." D'où cet accord conclu entre le Royaume-Uni et l'Union européenne sur leurs futures relations commerciales.

"On n'a puni personne", a répété Clément Beaune. "Mais il fallait montrer aussi le prix à payer [de] ce que c'était de partir". Il a insisté pendant l'entretien sur la nécessité d'aller de l'avant, ajoutant que "la confiance franco-allemande est plus solide grâce au Brexit" et que "notre leadership européen est renforcé".

Les sujets économiques vous intéressent ? Écoutez ce podcast d'Expertes à la Une dédié à Anne-Laure Kiechel, économiste spécialisée dans la dette souveraine

Ecoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée : 

- Sur APPLE PODCAST

- Sur DEEZER

- Sur SPOTIFY

- Sur CASTBOX

« EXPERTES A LA UNE » part à la rencontre de CELLES qui ont des choses à dire.  Leur parole ne sera pas interrompue par le son d’une voix plus forte ou plus grave. Les Expertes seront à l’honneur dans ce podcast car le savoir ne doit pas se  résumer à une moitié de l’Humanité. Les invitées sont des femmes légitimes dans leurs domaines de compétence, leur voix doit être entendue. Parfois trop invisibles, je plonge dans chaque épisode au cœur de leur univers intime ou professionnel, sous la forme d’une conversation pour les mettre dans la lumière.

Sur le même sujet

Lire et commenter