Le Canada choqué par la découverte de 751 nouvelles tombes près d'un pensionnat pour autochtones

Une robe d'enfant est suspendue à une croix sur le bord d'une route près de l'ancien pensionnat de Kamloops (Canada), où les restes de 215 enfants ont été découverts fin mai.

FOUILLES - Une communauté autochtone a annoncé ce jeudi la découverte de plus de 750 tombes anonymes sur le site d'un pensionnat au Canada. Le mois dernier, l'identification des restes de 215 enfants près d'un autre établissement autochtone avait déjà meurtri et indigné le pays.

Le Canada tout entier est sous le choc. Une communauté autochtone a annoncé ce jeudi la découverte de plus de 750 tombes anonymes sur le site d'un pensionnat au Canada, nouvelle illustration du calvaire subi pendant des décennies par des enfants autochtones dans des établissements scolaires gérés par l'Église catholique. Le mois dernier, l'identification des restes de 215 enfants près d'un autre établissement autochtone avait déjà meurtri et indigné le pays.

Le Canada doit "tirer les leçons de (son) passé"

"Nous avons repéré 751 tombes non marquées", sur le site d'un ancien pensionnat hébergeant des enfants autochtones à Marieval, en Saskatchewan, dans l'ouest du Canada, a déclaré jeudi le chef de la nation Cowessess, Cadmus Delorme. "Ce n'est pas une fosse commune, ce sont des tombes non-identifiées", a-t-il ajouté. Les victimes sont principalement des enfants, selon lui. Le nombre exact de tombes doit être confirmé dans les prochaines semaines, en raison d'une marge d'erreur des géo-radars utilisés lors des fouilles, a-t-il ajouté. Quelques tombes ont sans doute été surmontées de stèles identifiant les victimes, mais certaines d'entre elles ont été retirées "par des représentants de l'Église catholique", un geste criminel au Canada, selon lui.

C'est un "crime contre l'humanité" a dénoncé ce jeudi le chef de la Fédération des nations autochtones souveraines de la province de la Saskatchewan, Bobby Cameron. "Le seul crime qu'on ait jamais commis était d'être nés autochtones", a-t-il affirmé. "Nous trouverons d'autres corps et nous ne nous arrêterons que lorsque nous aurons trouvé tous les enfants", a promis le responsable. Le Premier ministre Justin Trudeau, qui a dit sa "peine" jeudi dans un communiqué, a estimé que le Canada devait "tirer les leçons de (son) passé et avancer sur le chemin commun de la réconciliation".

Les restes de 215 écoliers déjà découverts fin mai

Les fouilles autour de cette ancienne école de Marieval avaient débuté fin mai après la découverte des restes de 215 écoliers enfouis sur le site d'un autre ancien pensionnat, celui de Kamloops, en Colombie-Britannique, province la plus à l'ouest du pays. Cette découverte avait provoqué une onde de choc au Canada et relancé le débat sur ces institutions honnies où les enfants autochtones étaient envoyés de force afin d'y être assimilés à la culture dominante.

Elle avait également relancé les appels à l'intention du pape et de l'Eglise à présenter des excuses pour les abus et violences dont ont souffert les élèves de ces pensionnats. Le souverain pontife s'était toutefois refusé à présenter de telles excuses, provoquant la colère et la frustration des communautés autochtones canadiennes. De leur côté, les experts en droits humains de l'ONU ont exhorté Ottawa et le Vatican à mener une enquête rapide et complète.

Les 750 corps, partie émergée de l'iceberg ?

Le pensionnat de Marieval, dans l'est de la Saskatchewan, a accueilli des enfants autochtones entre 1899 et le milieu des années 1990, avant d'être démoli et remplacé par une école de jour. Interrogé sur la chaîne CBC, un ancien pensionnaire de l'école de Marieval, Barry Kennedy, a estimé que cette nouvelle découverte n'était que la partie émergée de l'iceberg. "J'imagine que, vous savez, d'après les histoires qui ont été racontées par nos amis et camarades de classe, il y a plusieurs endroits (où se trouveraient des sépultures) par école", a-t-il expliqué.

Dans la foulée de la découverte des restes d'enfants au pensionnat de Kamloops, des fouilles ont été entreprises autour de plusieurs de ces anciens établissements scolaires partout au Canada, avec le concours des autorités gouvernementales.

Lire aussi

Ces découvertes ravivent le traumatisme vécu par quelque 150.000 enfants amérindiens, métis et inuits, coupés de leurs familles, de leur langue et de leur culture et enrôlés de force jusque dans les années 1990 dans 139 de ces pensionnats à travers le pays. Nombre d'entre eux ont été soumis à des mauvais traitements ou à des abus sexuels, et plus de 4000 y ont trouvé la mort, selon une commission d'enquête qui avait conclu à un véritable "génocide culturel" de la part du Canada.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

VIDEO - Belgique : nouvelles inondations, un torrent emporte des voitures près de Namur

EN DIRECT - Sanofi confirme "un vaccin français avant la fin de l'année"

"Nous sommes passés de Socrate à Francis Lalanne" : le discours cinglant d'un sénateur contre les anti-vaccins

Covid-19 : quelles sont les trois contre-indications à la vaccination ?

Violent incendie dans l'Aude : 900 pompiers toujours mobilisés, coupure de courant jusqu'au Portugal

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.