Le départ de trois ados britanniques vers la Syrie choque le Royaume-Uni

Le départ de trois ados britanniques vers la Syrie choque le Royaume-Uni
International

DJIHAD – Trois adolescentes britanniques, mineures, sont soupçonnées d’avoir fui en Syrie pour rejoindre l’organisation terroriste de l’État islamique. Un départ qui relance le débat sur la radicalisation et pointe la responsabilité des services de renseignements.

Leur départ a provoqué un véritable choc outre-Manche, et repose la question de la lutte contre la radicalisation. La semaine dernière, trois adolescentes britanniques, âgées de 15 à 16 ans, se sont envolées pour Istanbul, en Turquie, sans doute pour rejoindre les rangs de Daech en Syrie. Un départ qui s’est fait à l’insu des familles, qui ont lancé des appels touchants  sur internet ce week-end, implorant leurs filles de rentrer au Royaume-Uni.

Deux jours avant leur envolée, l’une des trois filles serait entrée en contact publiquement sur Twitter avec Aqsa Mahmood , une Écossaise partie en novembre 2013 et soupçonnée d’avoir rejoint la Syrie pour épouser un djihadiste de l’organisation terroriste de l’État islamique rapporte lefigaro.fr . Son rôle actuel consisterait à essayer de recruter de nouveaux candidats et candidates au djihad.

La question de la lutte contre la radicalisation

Peu après le départ des trois jeunes filles, l’un des avocats de la famille d’Aqsa Mahmood a pointé la responsabilité de Scotland Yard, les services de renseignements britanniques, qui n’a pas intercepté le message entre les deux jeunes filles. "Les familles sont en colère [...] elles se demandent à combien d’autres familles cela risque d’arriver", a-t-il tancé, rapporte le site de Courrier International .

LIRE AUSSI >>  Daech menace d’envoyer 500.000 migrants en Europe depuis la Libye

De son côté, le Premier ministre britannique David Cameron a souligné que "nous avons tous un rôle à jouer pour empêcher que des gens aient leur esprit empoisonné par cet épouvantable culte de la mort" ; il a appelé "chaque école", "chaque université" et "chaque communauté" à prendre ses responsabilités.

LIRE AUSSI >>  Daech brûle des instruments de musique "non-islamiques"

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent