Le directeur de la campagne de Trump accusé, à son tour, d’antisémitisme

International

Toute L'info sur

La présidence Donald Trump

MAUVAISE SÉRIE – Après le conseiller diplomatique du candidat républicain, c’est le directeur de sa campagne en personne, Steve Bannon, qui est accusé d’antisémitisme. Il aurait tenus de tels propos en 2007, selon son ex-femme.

L'ex-femme du nouveau directeur général de campagne de Donald Trump, l'ancien directeur du site politico-trash classé très à droite Breitbart News Steve Bannon, nommé le 17 août dernier accuse ce dernier d'avoir formulé, par le passé, des remarques antisémites.


Mary Louise Piccard raconte que Steve Bannon, qui a par ailleurs été poursuivi pour violences conjugales, s'était opposé à la scolarisation de leurs filles jumelles dans un établissement d'élite à Los Angeles parce qu'il "ne voulait pas que les filles aillent en cours avec des juifs".

Steve Bannon "a dit qu'il n'aimait pas les juifs"

Il a dit qu'il n'aimait pas les juifs et qu'il n'aimait pas la façon dont ils élèvent leurs enfants", relate Mary Louise Piccard, dans des propos retranscrits en 2007 par le tribunal, et publiés par le Guardian, reprenant une dépêche AP


Des accusations rejetées, ce vendredi, par la porte-parole de l'intéressé, Alexandra Preate. "M. Bannon n'a jamais tenu de tels propos et a fièrement envoyé ses filles au collège et au lycée Archer", assure-t-elle. 

Un conseiller de Trump accusé lui aussi d'antisémitisme

Les accusations visant la campagne de Trump se multiplient ces derniers temps. La semaine dernière, c'est l'un des conseillers aux affaires étrangères qui a été visé, dans des révélations du site McClatchy Company

Lire aussi

Joseph Schmitz, haut fonctionnaire au Département de la Défense, se serait livré à un harcèlement à caractère antisémite en règle, alors qu'il occupait le poste d'inspecteur général dans cette institution, entre avril 2002 et septembre 2005. 

Polémique autour de l'étoile de David

Au début du mois de juillet, Donald Trump lui-même était accusé d'avoir relayé sur son compte Twitter un montage qui accusait sa rivale démocrate Hillary Clinton de corruption. Sur le post en question apparaissait une étoile, sur laquelle était écrite les mots "candidate la plus corrompue de l'histoire", et qui contenait six branches, comme l'étoile de David. Le candidat républicain à la présidentielle s'était alors défendu en expliquant que c'était une étoile de shérif. 

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter