Le fait divers du jour : Elle le quitte puis découvre qu'elle est séropositive

International

AUSTRALIE - Abby Landy était âgée de 23 ans en 2012, lorsqu’elle décide de mettre fin à sa relation avec son petit ami après deux semaines. Ce dernier lui envoie un dernier message. Quelque temps plus tard, elle tombe malade et découvre qu’elle est séropositive.

Metronews a fait le tour de la presse internationale et vous livre le fait divers du jour...

Elle n’avait pas vraiment compris le sens de son SMS jusqu’à tomber malade. Abby Landy, une Australienne de 26 ans, a accepté de raconter sa terrible histoire au quotidien anglais DailyMail . En 2012, elle entretient une relation avec un homme au comportement indélicat. Pendant deux semaines, ils se fréquentent et ont des relations sexuelles. Mais son petit-ami devient de plus en plus agressif au lit. Abby décide alors de rompre, une décision que ce dernier a beaucoup de mal à accepter.

Malgré l’insistance de l’homme qui souhaite la revoir et rester en contact avec elle, la jeune femme est catégorique : ils ne se reverront jamais. Pour conclure la conversation, son petit ami lui envoie alors un dernier message : "j’espère que tu ne m’oublieras jamais". Sur le coup, Abby ne comprend pas toute la portée de cette phrase.

Ses résultats l’aident à comprendre ce SMS

Mais Abby tombe rapidement malade. Elle se rend alors chez son médecin, qui lui diagnostique un herpès labial. Après quelques recherches pour comprendre d’où cela peut bien provenir, Abby retourne le voir et lui ordonne de la soumettre à un test du VIH. Quelques jours après, le verdict tombe : elle est séropositive et comprend alors le sens exact du message de son ex petit-ami. La jeune femme est abattue et confie à son médecin : "je ne peux pas vivre comme cela", "j’ai honte pour moi et ma famille".

Après plusieurs mois de silence, Abby décide de parler de sa maladie avec d’autres femmes atteintes lors d’une conférence sur le Sida. C’est là qu’elle se rend compte qu’elle figure parmi les plus chanceux, compte tenu de sa catégorie sociale qui lui permet d’avoir un accès facile aux soins. Mis à part les deux pilules qu’elle avale chaque jour, la jeune femme explique que "le virus n’a pas d’incident" sur sa santé physique. Avant d'expliquer : "Je me sens très impliquée dans le combat qui est de faire connaître les dangers du Sida", et fait tout pour sensibiliser les gens aux dangers des maladies sexuellement transmissibles".

EN SAVOIR + >> Retrouvez tous nos faits divers du jour

Lire et commenter