Le fait divers du jour : il apprend sa propre mort dans le journal

Le fait divers du jour : il apprend sa propre mort dans le journal

DirectLCI
SUEDE - Alors qu'il se remettait d'un malaise à l'hôpital une semaine après son admission, un Suédois a eu la surprise de lire à la rubrique nécrologique l'annonce de sa mort. C'est sa sœur qui l'avait fait publier…

Metronews a fait le tour de la presse et vous livre le fait divers du jour...

A 81 ans, Sven est conscient d'avoir une santé fragile. Le jour de Noël, cet habitant du Sud de la Suède a d'ailleurs été admis à l'hôpital suite à un malaise. Mais en lisant, une semaine plus tard, l'annonce de sa mort dans le journal local, il a tout de même trouvé que c'était un peu précipité…

La confusion est venue de la propre sœur de Sven, explique le journal suédois The Local , qui relatait cette histoire dimanche. La brave dame souhaitait-elle si fort la mort de son frère qu'elle n'a pu attendre ? A-t-elle voulu accélérer un processus d'héritage ? Pas du tout : à 90 ans, c'est juste son ouïe qui fait des siennes…

"Elle était sous le choc"

Quand l'hôpital l'a appelée pour l'informer de l'admission de son frère, la vieille dame a en effet mal compris les paroles du médecin. Pour elle, son frère était mort. Ni une ni deux, elle entame donc avec un ami les démarches à suivre en pareil cas, dont l'annonce officielle en rubrique nécrologique. C'est seulement quand l'ami en question se rend à l'hôpital pour récupérer les effets personnels du défunt, une semaine plus tard, qu'il s'aperçoit de la terrible méprise : "Votre ami est assis dans son lit, il guérit", lui annonce-t-on.

Bon esprit, Sven ne tient pas rigueur à sa vieille sœur de sa précipitation. "Il est clair qu'elle était sous le choc", la défend-il dans une interview au journal qui avait annoncé sa mort, le Jönköpings-Posten. Et de rappeler, philosophe : "On est tous sur la même route. Un jour ou l'autre, nous finirons tous dans la rubrique nécrologique". Avant de citer dans un sourire la fameuse phrase de l'écrivain Mark Twain, qui avait connu la même mésaventure : " Les rumeurs concernant ma mort ont été grandement exagérées".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter