Le fait divers du jour : il transforme des mineurs rencontrés sur Grindr en esclaves sexuels

Le fait divers du jour : il transforme des mineurs rencontrés sur Grindr en esclaves sexuels

International
DirectLCI
ETATS-UNIS - Sean Crumpler, 48 ans, vient d'être mis en examen pour avoir abusé de jeunes hommes vulnérables rencontrés sur le site de rencontres Grindr. Il parvenait à asservir ses victimes et à les garder dans sa grande maison d'Aurora, où il organisait de véritables orgies.

Metronews a fait le tour de la presse internationale et vous livre le fait divers du jour...

Il choisissait soigneusement ses futures victimes sur le site de rencontres Grindr, tel un prédateur. Le profil de Sean Crumpler, 48 ans, est des plus inquiétant. Le jour, il était cet ingénieur reconnu et apprécié de tous. La nuit, il se transformait en véritable "chasseur" sur Grindr, où il entrait en contact avec des hommes, de préférence jeunes et vulnérables. Avant d'arriver à les asservir et à les "parquer" dans sa maison d'Aurora, où il organisait de véritables orgies, à coup de drogue et de films pornographiques.

Et son diabolique stratagème aurait pu continuer longtemps, si le FBI ne s'était pas emparé de cette affaire, suite à un signalement du NCMEC, le centre chargé d'enquêter sur les disparitions d'enfants outre-Atlantique. Ce dernier a découvert qu'un mineur postait régulièrement sur Instagram des photos de lui dans un état second. Rapidement, le FBI parvient à remonter la trace de Sean Crumpler et décide d'intervenir.

Il tatoue son nom sur ses victimes

A leur arrivée sur place, les enquêteurs trouvent dans la maison du quinquagénaire une douzaine de jeunes hommes. Au cours des auditions, les policiers découvrent que Sean Crumpler parvenait à transformer ses jeunes victimes, souvent fugueurs, en véritables esclaves sexuels, en échange d'un toit et de nourriture. Il a lui-même tatoué son nom sur les bras de certains d'entre eux, comme un signe de propriété. Et les victimes ont confié que Sean Crumpler était séropositif. Mais insistait pour ne pas mettre de préservatifs pendant les rapports sexuels.

Un juge du Colorado vient de le mettre en examen pour douze chefs d'inculpations, dont viols sur mineurs et trafic de mineurs à des fins sexuelles. En attendant son procès, qui se tiendra le 2 novembre, il a été libéré après avoir versé une caution de 100.000 dollars.

LE FAIT DIVERS D'HIER >>  20 ans après, 3 sœurs retrouvent leur beau-père pédophile sur Facebook

BESOIN D'ONDES POSITIVES ? >> Un bébé survit à une décapitation interne après un accident

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter