Le fait divers du jour : il tue sa mère et sa nièce au pied de biche et tente de se suicider avec une perceuse

Le fait divers du jour : il tue sa mère et sa nièce au pied de biche et tente de se suicider avec une perceuse

International
DirectLCI
ETATS-UNIS – En Floride, un homme de 24 ans atteint de schizophrénie a frappé à mort à coups de pied de biche sa mère et sa nièce avant de se retrancher dans une habitation voisine. Là, cerné par la police, il a tenté de mettre fin à ses jours en se perçant la tête, le cou et la poitrine à l'aide d'une perceuse.

Metronews a fait le tour de la presse internationale et vous livre le fait divers du jour...

Le sheriff Chris Nocco parle d'une scène de crime "horrible", pouvant hanter pendant longtemps les policiers les plus chevronnés. Le 5 février dernier, a-t-on appris cette semaine , un épouvantable drame s'est déroulé dans le comté de Pasco, en Floride. Dans la maison familiale, un homme, Jason Rios, a sauvagement agressé au pied de biche sa mère, la tuant sous ses coups. Puis, l'homme, âgé de 24 ans, s'en est pris à ses deux nièces, tuant Jenica, âgée de neuf ans et blessant grièvement sa sœur, La'nyla. Agée de 8 ans, la fillette est aujourd'hui hors de danger.

La folle équipée sauvage de Jason Rios s'est terminée dans une maison voisine. Alors que la police, alertée, était venue interpeller le forcené, celui-ci, retranché depuis plusieurs heures, a tenté de se suicider avec une perceuse. Blessé à la tête, au cou et à la poitrine, le criminel n'est pas parvenu à mettre fin à ses jours et s'est résolu à se rendre aux forces de l'ordre.

Jugé sans danger pour son entourage...

Particulièrement atroce, cette histoire se double d'un contexte familial extrêmement lourd. Commençons par le tueur, aujourd'hui derrière les barreaux en attendant son jugement et souffrant depuis plusieurs années de schizophrénie paranoïde . Incapable d'être autonome, il résidait chez ses parents, qui s'occupaient de lui. Précision supplémentaire, sa mère, atteinte de diabète, avait perdu l'usage de ses jambes et devait se déplacer en fauteuil roulant. Parallèlement, Jason Rios était suivi par les services sociaux et médicaux de la ville. Ceux-ci, pointés du doigt après le drame, ont exhumé quelques "rapports positifs" sur leur patient, indiquant, étonnamment, que les troubles psychiques dont il était victime ne présentaient pas de risques pour son entourage...

La'nyla sauvée par son grand-père

Quant aux deux fillettes, leur vie, brutalement interrompue pour Jenica, n'a rien eu d'un long fleuve tranquille. En 2011, elles ont été retirée à leur mère, accro à la drogue. Quant à leur père, il a passé la majeure partie de ces dernières années derrière les barreaux, là encore pour des affaires de drogue. Dans ces circonstances, en 2013, après une longue procédure, les grands-parents maternels ont obtenu la garde de Jenica et La'nyla, qui vivaient donc, jusqu'au massacre du 5 février, sous le même toit que leur oncle.

Et le coup de folie de Jason Rios aurait pu faire encore plus de victimes. Au moment où se déroulait le déchaînement de violence, le grand-père, Ernesto Rios, était parti chercher à l'école le dernier membre de cette famille, Dominic, âgé de 13 ans. C'est en revenant à la maison que tous deux ont pris la mesure du carnage qui se déroulait sous leurs yeux et qu'ils ont pu empêcher que l'irréparable ne soit commis sur la petite La'nyla. S'ils ne sont pas parvenus à le maîtriser, ils ont poussé Jason Rios à la fuite. La suite, on la connait.

A LIRE AUSSI
>> Le fait divers d'hier : elle met le feu à la maison du meurtrier et violeur de sa fille de 7 ans
>>
Retrouvez tous nos faits divers du jour

ENVIE D'ONDES POSITIVES  ?
>> La belle histoire du jour : A la fête de l'école, les collègues de son père décédé viennent la faire danser

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter