Le fait divers du jour : la séance de yoga vire au chaos et force l'avion à atterrir

International
DirectLCI
DEMI-TOUR - Incapable de maîtriser un passager en pleine crise furieuse parce qu'on refusait de lui laisser faire sa séance de yoga, l'équipage d'un avion n'a eu d'autre choix que de revenir à son point de départ.

Le yoga, c'est une affaire d'équilibre, une pratique qui signifie littéralement "union" ou "ce qui relie". Une discipline qui permet, comme l'explique le blog "Le Palais savant", "de créer le calme dans nos esprits en apprenant à gérer nos émotions". Le même site annonce : "Le yoga nous ramène à notre vraie nature."

Pas de yoga, pas de repas

Un élément de définition auquel le passager d'un vol reliant Hawaï au Japon n'a semble-t-il pas eu accès, mardi 26 mars. Ou qu'en tout cas, il y a du chemin à faire avant d'y parvenir. Ce touriste sud-coréen de 72 ans, en voyage avec sa femme dans l'archipel américain pour leurs 40 ans de mariage, en a fait la démonstration, en causant un bazar sans commune mesure dans l'avion.

Souffrant d'anxiété chronique, Hyongtae Pae a eu besoin de satisfaire à son besoin de yoga, une activité qu'il exerce depuis quelques années. Problème : son moment était justement celui choisi par l'équipage pour commencer à distribuer les repas. Refusant de s'asseoir sur son siège, à grands renforts de cris, alors que stewards et hôtesses servaient ses camarades passagers, il se déplaça à l'arrière de l'avion pour y méditer.

Agression sur sa femme, l'équipage... et des Marines

L'affaire n'en resta pas là. Désespérée par son attitude, sa femme essaya de le ramener à la raison pour le faire revenir à son siège, ce qui causa grande colère au yogi néophyte. "Il a poussé sa femme parce qu'elle essayait de le faire arrêter, estimant probablement qu'elle prenait fait et cause pour l'équipage", peut-on lire sur le procès-verbal écrit par les enquêteurs du FBI, que l'agence Reuters s'est procuré.

Devant cette violence, d'autres passagers ont alors commencé à essayer de calmer l'énergumène. Et pas n'importe qui : des Marines. Peine perdue : il leur a adressé des coups de tête avant de les mordre, a décrit le procureur pendant la première audience, mercredi 27 mars. Au milieu de tout ce marasme, il a menacé de tuer les passagers et s'est mis à crier que dieu n'existait pas. 

De quoi forcer l'avion à retourner à son point de départ. Le hargneux septuagénaire, considéré comme un danger pour sa femme, devra s'acquitter de 25.000 dollars de caution pour être libéré. Une sacrée somme pour une crise de nerfs. Laquelle, si on doit jouer les mauvais esprits, ne doit pas étonner plus que ça. Le Palais savant n'indique-t-il pas que "le yoga nous ramène à notre vraie nature" ?

LE FAIT DIVERS D'HIER >> Elle prend en photo le pénis de son patient inconscient

BESOIN D'ONDES POSITIVES ? >> Paralysé après un accident, il retrouve son amour d'enfance et l'épouse

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter