Le fait divers du jour : privé de Big Mac, il attaque son frère et saccage leur maison

International

CAÏN ET ABEL - Une bête histoire de burger non partagé a causé une violente dispute entre deux frères, la semaine dernière dans la ville d'Union Township (Pennsylvanie). Irrité de ne pas avoir de sandwich à se mettre sous la dent, le cadet a fini par agresser son aîné.

Vivre en colocation avec un membre de sa famille n'est pas la chose la plus naturelle qui soit. Ce n'est pas pour rien qu'on quitte le foyer familial, passé un certain âge, pour vivre de ses propres ailes. Preuve en est, nombre de faits divers font état de violences entre des membres d'une famille vivant sous le même toit.

Le burger de la discorde

Celui-ci ne fait pas exception, et dénote d'une certaine tension entre deux frères amenés à partager leurs murs. C'est en effet pour une histoire de burger que Thomas Veres, habitant d'Union Township, en Pennsylvanie, a violemment agressé son colocataire de frère, Mattew, de 11 ans son aîné, lui causant des ecchymoses au niveau des yeux et sur le reste du visage.

Le fond du problème ? La gloutonnerie de Mattew, raconte le site WTAE . Parti se chercher à manger dans un restaurant d'une célèbre chaîne de fast-food (avec un clown comme mascotte), mardi 11 août, il en revient avec trois des sandwichs les plus connus de cette franchise. Se disant qu'il a peut-être les yeux plus gros que le ventre, il s'en va proposer une des pièces à sa voisine qui, la bouche déjà occupée par du pop-corn, décline la généreuse offre.

Saccage, agression et emprisonnement

Mattew Veres en est quitte pour s'enfiler les trois burgers. Grave erreur. Rentrant chez lui, son frère Thomas prend très mal le fait que son aîné n'ait pas jugé utile de lui en laisser un de côté. Il se met alors dans une fureur noire et commence à saccager la maison, jetant de la nourriture par terre, s'énervant contre des meubles totalement innocents.

Climax de sa colère, il finit par agresser son frère. Il le frappe à plusieurs reprises au visage avec ses poings "fermés". Les policiers qui ont discuté avec Mattew Veres après qu'il a porté plainte ont pu voir son visage tuméfié au niveau de l'œil droit et de la pommette, sans compter de nombreuses et diverses coupures au visage. De quoi faire dire à la voisine à qui il avait proposé de partager son repas : "Heureusement que nous n'avons pas accepté, je ne veux même pas imaginer ce qui aurait pu se passer."

En attendant d'être présenté au tribunal et d'y être jugé pour agression et harcèlement, Thomas Veres a été incarcéré à la prison du comté de Washington. Pour une caution de 2500 dollars.

LE FAIT DIVERS D'HIER >> Reine de beauté, elle fait semblant d'avoir un cancer pour détourner des fonds

BESOIN D'ONDES POSITIVES ? >> Il retrouve son chien qui l'avait guéri du cancer

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter