Le fait divers du jour - Sa femme et son perroquet "parlent trop", il les tue

Le fait divers du jour - Sa femme et son perroquet "parlent trop", il les tue

International
DirectLCI
ÉTATS-UNIS – Un Américain de 53 ans a été arrêté après que sa femme, ses chiens et son perroquet ont été retrouvés morts à son domicile. Avant de tenter de mettre fin à ses jours, l'homme avait écrit une note expliquant que sa femme et son perroquet "ne voulaient pas arrêter de parler".

Metronews a fait le tour de la presse et vous livre le fait divers le plus incroyable du jour...

Votre mari vous reproche d'être trop bavarde ? Ce fait divers relaté par le Daily Mail pourrait bien vous glacer le sang. Un Américain de 53 ans a été arrêté en mars dernier en Alabama après avoir tué sa femme, mais aussi son perroquet et ses chiens. Robin Penton a comparu mercredi devant un juge à qui il a demandé de baisser le montant de sa caution, ce qu'il n'a pas obtenu. Il faut dire que le profil de l'accusé est des plus inquiétants.

C'est après avoir lu un SMS envoyé par sa compagne, le 10 mars dernier, que l'homme a basculé dans la folie meurtrière. Sa femme de 34 ans indiquait à une amie que Robin Penton n'était "rentré que depuis quelques minutes et qu'il était déjà en train de parler mal".

Des fleurs en plastique prises sur la tombe de sa mère

L'homme a alors conduit sa femme dans la salle de bain et l'a abattue de 3 balles dans la tête. Il a déposé son corps dans la baignoire, plaçant côté d'elle une figurine d'ange et des fleurs en plastique, qu'il indiquera avoir prises sur la tombe de sa mère. Robin Penton a ensuite tué leurs trois chiens et leur perroquet.

Il a ensuite tenté de mettre fin à ses jours en ingérant une dose massive de calmants. Mais la police arrivée sur les lieux du drame a prévenu les secours, qui l'ont rapidement envoyé à l'hôpital, où il a pu être ranimé. A son domicile, les enquêteurs ont retrouvé une note dans laquelle Robin Penton explique avoir tué sa femme et le perroquet "parce qu'ils n'arrêtaient pas de parler". Quant aux chiens, il les aurait abattus parce que sa femme les a mal dressés.

Devant les enquêteurs, l'homme a pleuré et avoué les meurtres mais n'a exprimé aucun regret. Il a de nouveau justifié son crime par le fait que sa conjointe et l'oiseau "parlaient trop". Interrogé sur une note dans laquelle il projetait de tuer l'ex-mari de sa femme, son ancien patron et son beau-fils, l'homme, déjà condamné pour viol dans les années 80, a confirmé qu'il souhaitait mettre ses menaces à exécution.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter