Le fait divers du jour : torturé et violé une nuit entière par neuf jeunes

Le fait divers du jour : torturé et violé une nuit entière par neuf jeunes

International
DirectLCI
BELGIQUE – Début mars, près de Bruxelles, une dizaine de jeunes se sont déchaînés durant plus de douze heures sur un jeune homme. Ils sont accusés, entre autres, de torture et de sévices corporels.

Metronews a fait le tour de la presse internationale et vous livre le fait divers du jour...

Les faits sont d'une barbarie sans nom. Neuf Bruxellois âgés de 15 à 24 ans, parmi lesquels quatre filles, ont été arrêtés après avoir torturé pendant plus de douze heures un de leurs "amis". Une nuit en enfer qui s'est déroulée début mars dans une résidence de Woluwe-Saint-Pierre (Sud de Bruxelles) et relatée cette semaine par le journal belge La Dernière Heure .

Près de quinze jours après, les enquêteurs ont toujours du mal à comprendre un tel déchaînement de violence. Tout partirait d'une vieille histoire qui revient sur la table lors d'un dîner entre amis. Celui qui sera soupçonné d'être le meneur de la bande reproche à l'un de ses copains de "l’avoir balancé aux flics il y a deux ans dans une affaire de vol". Il gifle alors le jeune homme de 20 ans. Après les claques, viennent les coups de poing, de pied et de ceinture. "Nu, on lui fait ensuite faire des tâches ménagères, comme dépoussiérer un lustre et laver la vaisselle, sous les moqueries et les insultes", détaille le quotidien.

Violé avec un pied de chaise

Tout le monde participe et au fil des heures, les sévices deviennent insoutenables... Une partie de son oreille est découpée, il est violé à plusieurs reprises. Ses tortionnaires n'ont plus aucune limite, utilisant tout ce qui passe : le manche en bois d’une cuillère qu'il lui demande ensuite de lécher, le pied d'une chaise... Et visiblement fiers de l'atrocité de leurs actes, ils partageront même quelques photos sur Facebook.

La victime a échappé à une mort quasi programmée en réussissant, après douze heures de sévices, à fuir la maison de l'horreur. Le gang de barbares est désormais poursuivi pour séquestration, coups et blessures volontaires, et viol en bande avec les circonstances aggravantes de tortures et traitements inhumains et dégradants.


 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter