Le fait divers du jour : un "vampire" sort de l'ombre et confie son mal-être à la presse

International
NOCTAMBULE - Etre un vampire, outre le fait qu'on ne peut pas sortir le jour et que le sang humain frais est difficile à trouver au marché, c'est socialement difficile. Témoignage d'un vampire anglais, qui aimerait juste qu'on le laisse vivre tranquille.

Metronews a fait le tour de la presse et vous livre le fait divers du jour

Dans une contrée reculée du Nord de l'Angleterre, vit un vampire. Du moins, c'est ainsi que se présente "Darkness Vlad Tepes", 25 ans. C'est à Blackburn, 105.000 habitants, qu'un journal local a rencontré le vampire du coin.

En fait, cela fait 13 ans que cet homme vit comme un vampire, selon ses affirmations. Il dort dans un cercueil, bois du sang, etc., etc. Bon, c'est du sang de vache ou de cochon (un substitut, enfin, c'est ce qu'il dit), parce que boire du sang humain...

Mal dans sa peau de mort-vivant

Darkness, qui se traduit par "obscurité", vit mal toutefois mal son vampirisme. Socialement parlant. Dans son  témoignage au Lancashire Telegraph , il dit se faire agresser lorsqu'il sort prendre un verre avec ses amis. Ou alors on lui demande "s'il a été abusé sexuellement enfant" pour expliquer son apparence. "Je veux juste être traité comme n'importe qui", lance le vampire anglais.

Blague ou vraie revendication du droit à la différence ? "Darkness" a en tout cas reçu le soutien de la Sylvia Lancaster, mère de Sophie Lancaster, ado de 13 dont le meurtre, selon la police, aurait été motivé par son apparence gothique. "Le plus triste est que nous entendons sans arrêt ce genre d'histoire, c'est beaucoup plus fréquent que les gens ne le pensent."

Darkness dit être tombé dans la fascination des vampires depuis l'âge de 13 ans. Petit à petit, il a commencé à vouloir vivre comme un anthropophage, et depuis deux ans, il vit au grand jour son vampirisme, enfin, seulement de nuit. "Pour être un vampire, je dois croire que j'ai un corps vivant, mais une âme morte", explique-t-il. L'histoire ne dit pas si le journaliste est ressorti vivant de son entretien avec Darkness.

LE FAIT DIVERS D'HIER >>  Enragée, l'étudiante arrache un bout d'oreille à la policière qui l'arrêtait

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter