Le fait divers du jour : une fillette de 5 ans tuée par un esturgeon sauteur

Le fait divers du jour : une fillette de 5 ans tuée par un esturgeon sauteur

ETATS-UNIS - Une fillette de cinq ans est décédée la semaine dernière après avoir été frappée par un esturgeon qui a sauté sur le bateau dans lequel elle se trouvait en Floride.

Metronews a fait le tour de la presse internationale et vous livre le fait divers du jour...

Le drame s'est noué la semaine dernière sur la rivière Suwannee à Lake City en Floride. Une famille était sur son bateau quand un esturgeon a surgi des eaux, rapporte la presse américaine. Ce poisson, qui peut atteindre plus de deux mètres et peser jusqu'à 90 kilos, est connu pour faire des sauts impressionnants hors de l'eau. Celui-ci a coûté la vie à la petite Jaylon Rippy, 5 ans, qui a été mortellement frappée par l'esturgeon. Sa mère et son petit frère ont quant à eux été gravement blessés.

Accidents fréquents

Selon les services de la Faune et de la Flore, il s'agit du premier décès causé par un esturgeon sur la Suwannee River. Mais contrairement à ce que l'on peut croire, ce type d'accident impliquant des esturgeons sauteurs est loin d'être rare. Cette année, quatre personnes ont été blessées par le poisson alors qu'elles naviguaient sur leur bateau.

La violence du choc peut causer des blessures très graves. En 2007, une dame de 50 ans a ainsi été grièvement blessée par le poisson, trois de ses doigts ayant notamment été arrachés. 

LE FAIT DIVERS D'HIER >> une ex-Miss Bosnie accusée de cinq meurtres

ENVIE D'UNE BELLE HISTOIRE ? >> elle retrouve son fils kidnappé il y a 15 ans grâce à Facebook

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pavard, Özil, Klopp... les acteurs du foot vent debout contre la Super Ligue

EN DIRECT - Covid-19 : le début de la vaccination avec Johnson & Johnson reporté en France

80 gérantes de magasins de lingerie envoient une culotte à Jean Castex

Olivier Véran favorable à une levée progressive des mesures par territoire

"Rouvrir les terrasses n'est pas un problème", assure Gérald Kierzek

Lire et commenter