Le FBI fait scandale après avoir créé un faux site pour piéger un suspect

International

POLÉMIQUE - Pour piéger un suspect dans un complot d'attentat en 2007, la police fédérale américaine avait créé de toute pièce un faux site d'informations. Une méthode qui lui attire aujourd'hui les foudres de plusieurs organisations médiatiques.

L'affaire remonte à plusieurs années mais a été dévoilée cette semaine par par l'Union américaine de défense des libertés (ACLU). En 2007, pour faire face à une menace d'attaque dans un lycée de Seattle, dans l'État de Washington, le FBI avait utilisé une méthode qui ne fait pas l'unanimité.

A l'époque, la police fédérale avait monté un faux site internet d'informations pour piéger un suspect. Afin de le localiser et intervenir avant que cela ne soit trop tard, elle avait ainsi publié un faux article portant sur lui, publié donc sur ce site internet ressemblant en tout point à celui du Seattle Times (sans toutefois que utiliser le nom du journal). Le FBI avait ensuite envoyé le fameux papier au suspect via son compte MySpace, afin que celui clique dessus et télécharge sans le savoir un logiciel de localisation.

Un stratagème efficace, mais critiqué

Si la méthode a porté ses fruits, permettant d'arrêter le suspect et d'éviter un drame, elle fait aujourd'hui l'objet de nombreuses critiques de la part de nombreux médias. L'ACLU, qui a révélé l'affaire, la juge ainsi sévèrement : "Quand le FBI se fait passer pour la presse, il est aussi irresponsable que la CIA qui crée des faux programmes d'immunisation. C'est complètement inacceptable".

Même son de cloche du côté de l'agence AP et du Seattle Times, qui ne cachent pas leur colère, alors que Trevor Timm, de la Fondation pour la liberté de la presse s'interroge sur la sécurité des lecteurs innocent, réclamant également une condamnation par le FBI et le ministère de la Justice de cette "tactique sordide".

Dans un communiqué à l'AFP, l'agent du FBI Frank Montoya s'est lui défendu face aux critiques, confiant que la technique est utilisée "en de très rares circonstances et seulement lorsque l'on a des raisons suffisantes de croire qu'elle permettra de résoudre une menace", ajoutant que "tous les efforts déployés dans cette enquête visaient à empêcher des événements tragiques comme ceux (du lycée) de Marysville et de la Seattle Pacific University.

EN SAVOIR + >> Le FBI aurait caché avoir eu une source proche de Ben Laden

Lire et commenter