Le FBI reconnaît des erreurs dans des condamnations à mort

Le FBI reconnaît des erreurs dans des condamnations à mort
International

ETATS-UNIS – Le bureau d'investigation américain a admis dimanche avoir commis des erreurs dans ses analyses scientifiques passées, qui ont entraîné la condamnation à mort et l'exécution de trois personnes.

Au moins trois personnes y ont laissé la vie. Selon un communiqué diffusé dimanche par le FBI américain, l'agence aurait commis des erreurs dans ses analyses scientifiques par le passé, erreurs qui auraient conduit à faire condamner à mort des dizaines de prisonniers, dont trois ont été exécutés. Fustigé par le ministère de la Justice, le FBI promet que cela n'arrivera plus et s'engage à réparer ses erreurs chaque fois que c'est possible.

60 condamnations à morts erronées, trois exécutions

Tout est parti d'un rapport de l'inspection générale du ministère de la Justice (OIG), publié en juillet. Il pointait du doigt un certain nombre de manquements dans des enquêtes menées par la police fédérale. En cause, des analyses scientifiques erronées et des témoignages douteux pris pour argent comptant. Des erreurs de jugement qui, selon l'OIG, ont abouti à 60 condamnations à mort, dont trois ont été appliquées. L'un des trois prisonniers, exécuté au Texas en 1997, n'aurait pas encouru la peine capitale sans les éléments à charge défectueux.

A LIRE AUSSI >> Le FBI accusé d'avoir poussé des Américains musulmans à devenir terroristes

Dimanche, la police fédérale a reconnu des "erreurs de scientifiques dans l'analyse de cheveux au microscope ou de rapports de laboratoires". Selon elle, toutefois, de tels manquements ne peuvent plus se produire aujourd'hui : "Le FBI emploie désormais les analyses d'ADN mitochondrial (c'est-à-dire transmis par la mère) des cheveux en plus des analyses au microscope", est-il expliqué dans le communiqué.

Des problèmes pointés du doigt il y a dix-sept ans

Ce n'est pas la première fois que l'OIG pointe des irrégularités dans les investigations menées par le FBI. Un précédent rapport, datant de 1997, avait mis en avant les erreurs de plusieurs analystes du laboratoire scientifique du FBI. Dix-sept ans plus tard, l'agence ne semble pas avoir tiré les conclusions de ses manquements passés. L'inspection générale l'accuse même aujourd'hui d'avoir traité à la légère des affaires impliquant la peine de mort dans les  années qui ont suivi.

A LIRE AUSSI
>>
Un républicain à la tête du FBI
>>
Le FBI veut priver 300.000 personnes d'Internet
>>
Pour le FBI, Apple protège trop les utilisateurs de l'iPhone

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent