Le gouvernement algérien ferme une chaîne TV à cause des menaces d'un islamiste

International

ON ÉTEINT TOUT - La chaîne algérienne El Watan TV est fermée depuis lundi, sur décision du gouvernement algérien. Dans une interview diffusée le 3 octobre, Madani Mezrag, chef de l'Armée islamique du salut, tenait des propos menaçants vis à vis du président Bouteflika.

Une chaîne de télévision sous scellé. Le gouvernement algérien a pris une mesure radicale, lundi 12 octobre, contre la chaîne El Watan TV, en décidant de fermer purement et simplement ce média. Les autorités algériennes réagissaient ainsi – avec retard – à une interview de Madani Mezrag diffusée le 3 octobre dernier.

Ce dernier, chef de l'Armée islamique du salut, l'ancien bras armé du Front islamique du salut, avait, lors de l'interview, tenu des propos menaçants à l'égard du président Abdelaziz Bouteflika. "S'il ne revoit pas sa position, prévenait-il, il va entendre de moi ce qu'il n'a jamais entendu auparavant." Le leader islamiste réagissait alors au rejet par le président algérien de son projet de créer un parti politique.

"Propos subversifs"

"Le ministre de la Communication (Hamid Grine) a demandé au wali (préfet) d'Alger de procéder à la fermeture de la chaîne El Watan TV pour 'propos subversifs et atteinte au symbole de l'Etat'", a déclaré à l'AFP une source au ministère de la Communication. Précisant que cette chaîne "n'est pas autorisée à travailler en Algérie, ses bureaux n'étaient pas accrédités", a ajouté cette source. Selon Le Monde , El Watan TV, chaîne arabophone (à ne pas confondre avec le quotidien El Watan), tient des positions pro-islamistes.

Madani Mezrag avait conclu une trêve en 1997 avec l'armée et des milliers de membres de l'AIS avaient déposé les armes. Ils avaient ensuite été amnistiés dans le cadre de la "Charte de la paix et de la réconciliation", adoptée en septembre 2005. Cette charte interdit aux anciens djihadistes de revenir dans la vie politique.

À LIRE AUSSI
>> "2084", quand la dictature islamiste dominera le monde
>> Les raisons de la visite de François Hollande en Algérie

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter