Le groupe Etat islamique revendique l'attentat kamikaze qui a fait 63 morts lors d'un mariage à Kaboul

International

AFGHANISTAN- Un attentat kamikaze a fait au moins 63 morts et en a blessé 182 samedi soir lors d'un mariage qui avait lieu à Kaboul. Le groupe Etat islamique, qui possède une branche en Afghanistan, a revendiqué l'attaque meurtrière.

Une salle de fêtes au sol maculé de sang. C’est ce qu’a découvert, ce dimanche 17 août, un photographe de l’AFP arrivé sur les lieux d’un attentat kamikaze commis la veille lors d’un mariage à Kaboul. L’explosion a fait au moins 63 morts et 182 blessés, mais le bilan pourrait se révéler encore plus grave. L'attaque meurtrière a été revendiquée dans un communiqué par la branche afghane du groupe Etat islamique.

Ils ont changé mon bonheur en chagrin- Mirwais, le marié

Samedi soir, vers 22h40 locales (19h10 françaises) les festivités ont soudainement pris fin lorsqu’un "kamikaze", comme décrit par l’Intérieur, est arrivé sur les lieux. Au petit matin, les vitres soufflées et le plafond effondré témoignaient de la puissance de l’explosion dont le bilan civil est le plus lourd depuis le début de l’année en Afghanistan. Des chaussures laissées dans la fuite étaient empilées devant l'entrée. 

"Les participants dansaient et faisaient la fête quand l'explosion s'est produite", a ainsi témoigné un invité, interrogé par l’AFP depuis son lit d’hôpital. "Je n'ai pas vu le kamikaze de mes propres yeux, l'explosion a eu lieu derrière nous", a indiqué cet homme, blessé par des éclats aux bras et à l'abdomen.

Les mariés sont sains et saufs. Mais pas indemnes. Comme l’a confié Mirwais auprès de la télévision locale, il ne pourra "plus jamais être heureux". "Ils ont changé mon bonheur en chagrin. J'ai perdu mon frère, mes amis, ma famille." Alors qu'il confie que sa femme "ne cesse de s'évanouir", il se désole de la catastrophe. "Hier après-midi, les invités sont venus à mon mariage avec des visages souriants, le soir, on sortait leurs corps de la salle."

Des enterrements étaient immédiatement organisés dans les cimetières de la ville, selon la télévision locale. Sur les images, des proches enterraient 14 membres d'une même famille.

1 500 civils victimes du terrorisme un mois

Dimanche, l'attaque a été revendiquée par la branche afghane du groupe Etat islamique. Les talibans - en pleine guerre d'insurrection depuis qu'ils ont été chassés du pouvoir en 2001 - avaient, eux, rapidement nié toute implication. Sur Twitter, deux porte-paroles avaient ainsi écrit que commettre des assassinats "délibérés et brutaux" contre des femmes et des enfants "n'ont aucune justification". Des propos qui n’ont pas satisfait le président afghan, Ashraf Ghani, pour qui les talibans "ne peuvent s'exonérer de tout blâme car ils servent de plate-forme aux terroristes".

Mais la situation devrait pouvoir s’améliorer dans les années à venir, la population espérant un accord imminent entre Etats-Unis et talibans. Celui-ci ouvrirait la voie à des négociations de paix entre le gouvernement afghan et le groupe insurgé. En attendant, la violence a redoublé dans ce pays, avec plus de 1 500 civils tués ou blessés à travers le pays ce mois-ci, d’après le relevé de l’ONU.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter