Le leader d'Ansar Dine sort du silence et menace la France dans une vidéo

International
DirectLCI
MALI - Le chef du groupe Ansar Dine, une des formations islamistes chassées du nord du Mali par l'intervention française lancée début 2013, marque son retour dans un message vidéo. Après plus d'un an et demi de silence, il appelle à combattre Paris et ses alliés.

Réapparition. Le leader d'Ansar Dine, groupe islamiste chassé du Mali par l'opération Serval lancée par la France début 2013, fait reparler de lui, après plus de 18 mois de silence. Dans une vidéo postée sur YouTube , il appelle le "peuple musulman" à combattre Paris et ses alliés. "Nous appelons notre courageux peuple musulman, outragé par les Français et leurs alliés, à faire front contre cet ennemi historique et cet occupant qui déteste l'islam et les musulmans", déclare, en arabe, Iyad Ag Ghaly, dans cette vidéo mise en ligne, semble-t-il, le 5 août.


Posant devant une tenture ocre sur laquelle repose le drapeau noir des jihadistes frappé de l'inscription "Mohammad prophète de Dieu", Iyad Ag Ghaly justifie sa prise de parole par "la propagande subie par Ansar Dine et ses actions de défense de sa terre et de sa communauté islamique".

Ansar Dine sur la liste noire des Etats-Unis

Adressant ses salutations "aux frères combattants dans l'ensemble des terrains de jihad", le leader d'Ansar Dine, qui n'a plus été vu au Mali depuis l'opération Serval, accuse en outre "l'Occident croisé" d'avoir lâché la bride à l'armée malienne" qui serait à l'origine de "crimes atroces qui font froid dans le dos".

Figure historique de la rébellion touareg, Iyad Ag Ghaly s'est progressivement radicalisé. En témoigne les exactions, parmi lesquelles des amputations, dont son organisation s'est rendue coupable au moment de la prise de contrôle du nord du Mali, il y a deux ans. Les islamistes d'Ansar Dine sont en outre responsables de la destruction des mausolées de saints musulmans, dans la ville de Tombouctou, classés au patrimoine mondial de l'Unesco.

Après avoir pris connaissance de la diffusion de cette nouvelle vidéo, le ministère des Affaires étrangères a appelé "aux vérifications d'usages". L'an passé, les Etats-Unis avaient inscrit l'organisation islamiste, ainsi que leur chef, sur la liste noire pour ses liens avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).


 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter