Le n°2 du ministère américain de la Justice a-t-il tenté de faire destituer Donald Trump ?

International
IMPEACHMENT – Le New York Times affirme que le n°2 du ministère américain de la Justice, Rod Rosenstein, aurait tenté de placer sur écoute Donald Trump afin de pouvoir déclencher une procédure de destitution.

Donald Trump sur écoute en vue de sa destitution ? C’est la nouvelle bombe lancée vendredi par le New York Times. Selon le quotidien, le numéro 2 du ministère américain de la Justice - Rod Rosenstein - aurait suggéré en 2017 de mettre le sulfureux président des Etats-Unis sur écoute, et à son insu. Objectif de cet enregistrement : servir de preuve pour invoquer le 25e amendement permettant de destituer Donald Trump au motif qu'il serait gravement incompétent.


Vendredi, Rod Rosenstein a rapidement démenti ces informations "inexactes et factuellement incorrectes" selon ses propres mots. "Je veux être clair sur ce point : sur la base de mes échanges personnels avec le président, il n'existe aucun fondement pour invoquer le 25e amendement de la Constitution", a-t-il expliqué. "Je n'ai jamais envisagé ou autorisé un enregistrement du président", a-t-il ajouté. 


De son côté, le New York Times s'appuie sur plusieurs sources, notamment des notes prises par des agents du FBI. L'un des auteurs de ces comptes rendus, Andrew McCabe, ex-directeur par intérim du FBI, n'a d’ailleurs pas démenti leur contenu. "Il ignore comment un journaliste peut avoir obtenu ces notes", a simplement expliqué son avocat, Michael R. Bromwich.

Une plaisanterie mal comprise ?

Le ministère de la Justice a quant à lui évoqué un "commentaire sarcastique", regrettant que cette plaisanterie ait été mal comprise. Quoi qu’il en soit, cet article du New York Times intervient quelques jours à peine après la publication du livre du journaliste d'investigation Bob Woodward et d’une tribune d'un haut responsable anonyme de l'administration Trump qui décrivent une Maison Blanche dysfonctionnelle et où de hauts responsables vont jusqu'à contourner les ordres présidentiels.


Ces révélations, qu’elles soient réelles ou non, vont en tout cas donner du grain à moudre à Donald Trump qui ne cesse depuis des semaines de dénoncer de forces à l'oeuvre contre lui au sein même de son administration. Son fils, Donald Junior, a d'ailleurs rapidement ironisé sur Twitter: "Qui pensez-vous leurrer ? Personne n'est choqué que ces gars fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour saper" la présidence Trump.

Plus sérieusement, le leader démocrate au Sénat, Chuck Schumer, s’inquiète d’un possible limogeage de Rod Rosenstein, qui supervise l'enquête du procureur spécial Robert Mueller sur les soupçons de collusion entre l'équipe de campagne de Donald Trump en 2016 et le Kremlin. "Cet article ne doit pas être pris comme prétexte pour servir l'objectif vil de limoger Rod Rosenstein afin de nommer un responsable qui autorisera le président à s'immiscer dans l'enquête du procureur spécial", prévient-il.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter