Covid-19 : le Royaume-Uni entre déconfinement et crainte du variant indien

Covid-19 : le Royaume-Uni entre déconfinement et crainte du variant indien

RETOUR À LA VIE NORMALE - Le Royaume-Uni entame ce lundi une nouvelle étape de son déconfinement, actant la réouverture des pubs et des restaurants à l'intérieur. Le Premier ministre Boris Johnson a toutefois appelé le peuple britannique à faire preuve de vigilance.

A l'approche de l'été, le Royaume-Uni entame une étape majeure de son déconfinement. À compter de ce lundi 17 mai, les pubs et restaurants en salles, les lieux culturels, les hôtels et les stades avec une capacité limitée à 10.000 spectateurs maximum rouvrent leurs portes. Les terrasses et commerces non essentiels avaient déjà rouvert leurs portes en avril.

Pays le plus meurtri d'Europe par la pandémie de coronavirus avec près de 128.000 morts, le Royaume-Uni a vu sa situation sanitaire nettement s'améliorer après un strict confinement durant l'hiver et une campagne de vaccination menée tambour battant. Mais des poussées récentes du variant indien, surtout dans le nord-ouest de l'Angleterre, sont venues assombrir ce tableau.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Tout en demandant aux Britanniques d'être "prudents", le Premier ministre Boris Johnson a estimé qu'il n'y avait, à ce stade, aucune raison de repousser l'assouplissement de lundi, avec la réouverture des pubs et restaurants à l'intérieur - les terrasses avaient rouvert en avril -, hôtels, lieux culturels et stades avec jusqu'à 10.000 spectateurs.

Interdites depuis de longs mois, les retrouvailles à la maison sont de nouveau autorisées - mais limitées à six personnes ou deux foyers maximum -, de même que les vacances à l'étranger, même si seules quelques destinations sont exemptées de quarantaine au retour. En Ecosse, où le gouvernement local décide de son propre calendrier de déconfinement, le relâchement de certaines restrictions ne s'applique pas à des zones subissant des poussées épidémiques, comme Glasgow.

La levée de toutes les restrictions prévue le 21 juin

Le maire de Londres, Sadiq Khan, a appelé les Londoniens à respecter les mesures sanitaires. "Nous devons toujours faire attention quand on se retrouve en intérieur - ouvrir les fenêtres, limiter le temps passé et se laver les mains est utile. N'oubliez pas, le virus est toujours parmi nous", a-t-il tweeté.

Boris Johnson a salué dans un communiqué ce nouveau "jalon", mais a appelé à l'aborder avec "une grande dose de précaution". Il a souligné que la propagation du variant était placée "sous étroite surveillance" et que des "mesures rapides" étaient prises pour le contrer. Le nombre de cas attribués au variant B1.617.2 au Royaume-Uni a plus que doublé en une semaine, à plus de 1300 la semaine dernière.

Lire aussi

S'il s'avère très contagieux, la levée de presque toutes les restrictions en Angleterre, prévue le 21 juin, pourrait être remise en question, a indiqué le dirigeant conservateur. Une décision sera prise une semaine plus tôt.

Face à la grande réouverture lundi, le comité scientifique conseillant le gouvernement (Sage) s'est montré beaucoup plus circonspect. Il a estimé qu'il existait une "possibilité réaliste" que le variant soit jusqu'à 50% plus contagieux que celui apparu fin 2020 en Angleterre. Ce dernier avait entraîné une flambée des contaminations et des décès, contraignant le Royaume-Uni à se reconfiner en janvier pour de longs mois.

40% de la population adulte vaccinée

Dans l'immédiat, pour enrayer sa progression, le dépistage a été renforcé dans les zones affectées et l'intervalle entre les deux doses de vaccin été réduit à huit semaines (jusqu'à trois mois actuellement) pour les plus de 50 ans. Selon le ministre de la Santé Matt Hancock, il y a "un fort degré de certitude" que les vaccins sont efficaces contre le variant.

Le Royaume-Uni a franchi dimanche la barre des 20 millions de personnes totalement vaccinées contre le Covid-19, soit près de 40% de la population adulte, à la veille d'une étape majeure du déconfinement. Le gouvernement compte avoir administré une première dose à tous les adultes d'ici fin juillet.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Le vaccin Pfizer/BioNTech pour enfants disponible dans l'Union Européenne le 13 décembre

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

Covid-19 : plus de 10.000 patients hospitalisés, "la situation est en train de s'aggraver", annonce Olivier Véran

Pots entre collègues, cantine d'entreprise... Ce que préconise le gouvernement pour les repas au travail

"Un provocateur à la Donald Trump" : la candidature d'Eric Zemmour vue par la presse anglo-saxonne

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.