Le sous-marin argentin, disparu il y a deux mois, a "implosé", tuant instantanément les 44 marins à son bord

Le sous-marin argentin, disparu il y a deux mois, a "implosé", tuant instantanément les 44 marins à son bord

International
DirectLCI
EXPLICATIONS - Alors que depuis deux mois, les théories sur la disparition du ARA San Juan allaient bon train. Un rapport américain vient rétablir la vérité sur les circonstances de ce drame qui a ému le monde entier, en novembre dernier.

Deux mois après la disparition dans l’océan Atlantique du sous-marin argentin ARA San Juan, avec 44 personnes à son bord, les circonstances du drame sont enfin établies. Lors de sa disparation des radars le 15 novembre 2017, le submersible a émis un signal acoustique laissant penser aux autorités argentines que les membres de l’équipage tentaient d’envoyer un message de détresse. Mais, selon le Bureau du renseignement américain (US Office of Naval Intelligence, ONI), le son n’était pas un signal de détresse.

"Ils n’ont pas souffert, ils ne sont pas morts noyés"

Selon l’ONI, avec l’aide des données recueillies par l’Organisation du traité d’interdiction complète des essais nucléaires, le signal acoustique a été produit par "l’implosion du ARA San Juan à une profondeur d’environ 400 mètres". Le rapport de l’ONI affirme que l’implosion a dégagé une énergie équivalente à l’explosion de près de six tonnes de TNT.

L’ONI explique que la pression à cette profondeur a entraîné la pulvérisation de la coque du sous-marin en moins de "40 millisecondes" soit 0.001 seconde. Le ARA San Juan a ensuite sombré à la verticale à une vitesse de "10 à 13 nœuds" (entre 18,5 km/h et 24.076 km/h, ndlr). "Même si l’équipage savait peut-être qu’une implosion allait avoir lieu, il ne pouvait pas savoir qu’elle était en train d’avoir lieu", affirme l’expert responsable du rapport. "Ils n’ont pas souffert, ils ne sont pas morts noyés. Leur mort a été instantanée", précise l‘ONI.

En vidéo

Disparition du San Juan : les familles des victimes veulent connaître la vérité

Une nouvelle qui ne devrait pas consoler les familles des victimes. Quelques jours après la disparition du sous-marin, elles avaient critiqué ouvertement la gestion de la crise par le gouvernement argentin.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter