Le soutien inattendu de Donald Trump à Joe Biden, accusé d'agression sexuelle

Des supporters de Trump et de Biden, dans le Kansas
International

SOUTIEN - Dans une interview diffusée vendredi 1er mai, le président américain a conseillé au candidat démocrate Joe Biden de "se battre" contre les accusations d'agression sexuelle dont il fait les frais.

C'est un soutien apporté à Joe Biden pour le moins inattendu. Alors que le candidat démocrate en lice pour la Maison Blanche est accusé par son ancienne collaboratrice au Sénat Tara Reade d'un viol qui remonterait aux années 1990, Donald Trump est venu au secours de son principal adversaire. "Je dirais juste à Joe Biden 'lève toi et bats toi'", a déclaré l'actuel président américain, dans un entretien diffusé par un podcast conservateur, vendredi 1er mai, conseillant à ce dernier de "nier" cette accusation, "si ce n'est pas vrai". Avant de préciser que lui-même avait été "une victime de ces fausses accusation absurdes". 

En effet, le locataire de la Maison Blanche est un coutumier du fait et des accusations de cet ordre. En 2016, un enregistrement audio datant de 2005 était sorti en pleine campagne présidentielle, où l'on pouvait entendre Donald Trump faire état de comportements délictueux, se vantant notamment de pouvoir "attraper les femmes par la chatte" (sic). Les accusations ne s'étaient pas arrêté à son arrivée à la présidence. En octobre 2019, 26 femmes avaient accusé le chef d'Etat de "contacts sexuels non-désirés" et de "comportements inappropriés", dans un livre, intitulé "All the President's Women : Donald Trump and the Making of a Predator" (Les femmes du président : Donald Trump et la fabrication d'un prédateur).

Lire aussi

Joe Biden, lui, a affirmé ce vendredi que les faits dénoncés par Tara Reade n'étaient "jamais arrivés". Cette ancienne collaboratrice l'accuse de l'avoir agressée sexuellement dans un couloir du Congrès en 1993, lorsque le candidat démocrate de 77 ans n'était alors qu'un simple sénateur. "Sans véritable échanges de mots", a raconté Tara Reade pour la première fois le 25 mars dernier dans un podcast puis dans les colonnes du New York Times, "il m'a mise contre le mur", embrassée et "m'a pénétrée avec ses doigts". Si cet accusation de viol a été rapidement balayée par l'équipe de Joe Biden, elle assombrit désormais sa campagne, déjà mise à mal par les mesures de confinement, et ce malgré le solide soutien apporté par Barack Obama à la mi-avril. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent