"Le temps le dira" : Trump évoque pour la première fois la possibilité d'une défaite

Trump se félicite de l'arrivée d'un vaccin : sa 1re déclaration depuis l'élection

"QUOI QU'IL SE PASSE À L'AVENIR". Alors que l'épidémie reprend de plus belle aux Etats-Unis, Donald Trump a vanté son action vendredi lors de sa première prise de parole publique depuis l'élection. Au détour d'une phrase, il a entrouvert la porte à un avenir qui pourrait s'écrire sans lui.

"Le temps le dira". La phrase n’est pas encore un aveu de défaite. Elle pourrait même être une simple maladresse plus qu’un début de résignation. Il n’empêche. Pour sa première prise de parole depuis l’élection, Donald Trump a entrouvert vendredi la porte à une possible défaite face au président élu Joe Biden. Donald Trump s’exprimait quelques heures après que les médias américains ne communiquent le nouveau décompte des grands électeurs avec désormais 306 pour Biden contre 232 pour Trump.  

"Je pense que le temps nous dira quelle administration nous aurons, mais  quoi qu'il se passe à l'avenir, qui sait, je peux vous dire que cette  administration n'imposera pas de confinement", a  déclaré le président des Etats-Unis. La phrase – même si elle intervient après un long satisfecit quant à la gestion de la crise du coronavirus - est beaucoup moins catégorique que dans ses tweets dénonçant à l'envi une élection "truquée". Donald Trump n'a pas parlé plus avant de la présidentielle. Il a conclu son  intervention, dans les jardins de la Maison Blanche, sans répondre aux  questions des journalistes, un exercice auquel il s'est pourtant prêté très régulièrement au cours de son mandat.

Toute l'info sur

L'Amérique se choisit Joe Biden et Kamala Harris

Les résultats inversés de 2016

Selon les projections des grands médias américains, la Géorgie est allée à  Joe Biden et la Caroline du Nord à Donald Trump.  Ironie du sort, le démocrate a remporté au final 306 grands électeurs,  contre 232 au président sortant. Soit le score inversé de la victoire du  milliardaire républicain -- qui avait alors parlé d'un "raz-de-marée" -- face à  Hillary Clinton en 2016.     Un recomptage des votes doit avoir lieu en Géorgie, où l'écart est très  faible entre les deux candidats, mais son issue ne changera rien au résultat  final: Joe Biden dispose, quoi qu'il arrive dans cet Etat, des 270 grands  électeurs nécessaires pour s'ouvrir les portes de la Maison Blanche.    

Lire aussi

Donald Trump avait encore affirmé en matinée être le vainqueur de la  présidentielle. "Une élection truquée!" avait-il tweeté, poursuivant sa remise  en cause des résultats, un fait sans précédent dans l'histoire politique  américaine.

La journée de samedi sera marquée par un rassemblement de ses partisans à Washington. Certains parmi les plus radicaux d'entre eux ont prévu de manifester dans la capitale, même si le camp Trump est dans l'incapacité de produire un seul  élément concret prouvant l'existence d'une fraude électorale à grande échelle.  Donald Trump a écrit dans un tweet envisager de se rendre à cette  manifestation: "Cela fait chaud au coeur de voir tout cet énorme soutien,  surtout ces rassemblements spontanés qui fleurissent à travers le pays, dont un  grand samedi à (Washington) DC. Je pourrais même essayer de passer dire  bonjour".  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : 62 blessés parmi les forces de l'ordre, 81 interpellations

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Combien de convives autour de la table pour Noël et le jour de l'An ?

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

CARTE - Confinement : calculez la zone de 20 km autour de chez vous

Lire et commenter