Le Vatican refuse la nomination d'un ambassadeur de France gay

International
PAS SI GAY-FRIENDLY - Laurent Stefanini ne sera pas ambassadeur de France au Vatican. Son homosexualité semble poser au problème au pape François, malgré ses discours de tolérance envers les homosexuels.

Il n'y aura pas d'ambassadeur français au Vatican. Après plusieurs mois de bataille diplomatique, le favori à ce poste, Laurent Stefanini, vient d'être recalé par le Vatican. Selon une information de Libération, le Saint-Siège a indiqué son refus de voir ce dernier s'installer à la Villa Bonaparte, l'ambassade de France au Saint-Siège.

"C'est mort", a-t-on dit de source proche du dossier. Le secrétaire d’Etat du pape, Pietro Parolin, aurait également signifié aux autorités françaises en mai, que Laurent Stefanini ne serait pas accrédité auprès du Saint-Siège. De son côté, l’Elysée affirme qu'il ne présentera pas un autre ambassadeur jusqu'en 2017.

Un haut-fonctionnaire catholique et homosexuel

Chef du protocole à l’Elysée et ouvertement catholique, Laurent Stefanini avait révélé publiquement son homosexualité. Depuis le début des discussions avec le Vatican à l'automne dernier, il était d'ailleurs le favori à ce poste. Mais son empressement à présenter comme acquise sa nomination aurait froissé le Saint-Siège, plus que son homosexualité, selon Libération .

Déjà en avril, la nomination de Laurent Stefanini semblait enterrée. Pourtant, le chef du protocole de l’Elysée avait l'expérience requise pour ce poste, ayant déjà été le numéro 2 de la Villa Bonaparte de 2001 à 2005.

EN SAVOIR + >> Vatican : le nouvel ambassadeur français recalé par le Pape parce qu'il est gay

Un pape gay-friendly, vraiment ?

Le refus de la nomination de Laurent Stefanini s'est faite à demi-mots. Et pour cause, le pape François, qui tient des discours de tolérance envers les homosexuels ("Qui suis-je pour les juger?" s'était-il demandé en 2013), ne voudrait pas paraître homophobe. Le pape semble pourtant refuser un ambassadeur à l'homosexualité avérée. Laurent Stefanini serait une "victime collatéral du mariage pour tous", écrit Libération.

Cela commence tout de même à faire beaucoup pour tenir la ligne tolérante chère au patron du Vatican. Déjà le 5 octobre, à la veille du synode sur la famille, la cité-Etat avait jugé "très grave" et "irresponsable" le coming out d'un prêtre polonais, avant de le suspendre de ses fonctions.

EN SAVOIR + >> Le Vatican en colère après le coming out d'un prêtre

À LIRE AUSSI
>> Le pape François ne juge pas les homosexuels mais condamne le "lobby gay"
>> Le pape François, dieu de la com' ou vrai réformateur ?

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter