L’empereur du Japon ouvre la voie à son abdication

International

JAPON - L'empereur Akihito s'est directement adressé à son peuple, ce lundi, dans un message vidéo diffusé à la télévision japonaise. Le souverain a évoqué son âge, son emploi du temps et des "limites physiques" de plus en plus importantes.

Un moment rare. Depuis 1945, les empereurs japonais ne se sont adressés directement au peuple que trois fois. L'empereur Akihito du Japon, âgé de 82 ans, s'est dit lundi préoccupé par sa capacité à continuer de s'acquitter de ses obligations, suggérant qu'il attendait des modifications des lois qui l'obligent à rester empereur jusqu'à la fin de sa vie.

"Heureusement, je suis aujourd'hui en bonne santé. Cependant, quand je vois ma forme décliner progressivement, je m'inquiète de la difficulté à remplir mes fonctions en tant que symbole de l'Etat", a-t-il déclaré dans une rare allocution télévisée, invoquant son âge et la nécessité d'être pleinement investi dans sa mission.

La Constitution lui interdit l'emploi du mot "abdication"

L'empereur dit exprimer ses pensées, étant dans l'impossibilité de "faire de commentaires spécifiques sur le système impérial". Le souverain n'a en conséquence pas prononcé le mot "abdication" car la Constitution l'en empêche. Un tel terme serait considéré comme un acte politique, ce que prohibe la charte fondamentale.

En revanche, il a critiqué en creux un possible système de régence : "Je pense qu'il n'est pas possible de continuer à alléger continuellement les tâches de l'empereur", car cela reviendrait selon lui à laisser en place un empereur dont le rôle serait vidé de sa substance, ce qu'il semble vouloir éviter.

27 ans de règne

De la même façon, il a dit qu'il lui arrivait "de temps en temps de se demander s'il ne serait pas possible d'éviter une telle situation", où le pays se retrouve confronté à la mort de son empereur en fonction, car le deuil et tous les événements funéraires sont très lourds.

Celui qui règne depuis 27 ans, au nom de "l'accomplissement de la paix" (ère Heisei), vient ainsi de façon très ambiguë suggérer son souhait d'une modification du régime impérial pour lui permettre de transférer "de son vivant" ses fonctions à son fils, le prince héritier Naruhito.

Les fonctions de l'empereur sont lourdes

Bien qu'elles ne soient guère médiatisées, les fonctions de représentation de l'Etat accomplies par l'empereur sont lourdes. Il doit signer nombre de textes de loi, traités et autres documents transmis par le gouvernement (un millier l'an passé), assister à de nombreuses réceptions (270 en 2015), recevoir des représentants d'Etats étrangers, etc.

Le souverain et l'impératrice Michiko sont immensément respectés pour l'image de sagesse qu'ils ont toujours su montrer et la compassion sincère exprimée envers les victimes des nombreuses catastrophes naturelles endurées par le pays.

A LIRE AUSSI
>>  Le Japon commémore le bombardement atomique de Hiroshima

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter