Les adolescents américains de 12 à 15 ans bientôt vaccinés contre le Covid-19

L'ÉDITO - Joe Biden a présenté trois plans pour relancer l'économie américaine. Le projet totalise à lui seul 6 000 milliards de dollars.

SANTÉ - Le président américain Joe Biden a annoncé ce mardi 4 mai l’ouverture prochaine de la vaccination aux adolescents entre 12 et 15 ans. Objectif : accélérer l’arrivée à une immunité collective de la population.

L’annonce du président américain devrait être confirmée dans les prochains jours. Les adolescents vont bientôt pouvoir se faire vacciner contre le Covid-19 dans l’une des 20.000 pharmacies équipées. Joe Biden a présenté ce mardi une "nouvelle phase" de la campagne de vaccination avec un nouvel objectif d'au moins une injection pour 70% des adultes d'ici la fête nationale du 4 juillet. Pour l’atteindre, il prévoit d’y intégrer les adolescents. 

Une demande d'extension de l'autorisation en urgence du vaccin de Pfizer/BioNTech pour les 12-15 ans a été déposée début avril aux États-Unis, et la décision de l'Agence américaine des médicaments (FDA) est attendue dans les jours qui viennent.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Les dernières infos sur la vaccination et le déconfinement

Cette décision devrait accélérer le retour des élèves à l’école puisque environ 30% de ceux de moins de 18 ans ont toujours cours de façon "hybride" entre présentiel et distanciel. Puisque les adolescents participent à la transmission du virus, leur immunisation permettra surtout de freiner l'épidémie. L’objectif : atteindre un pourcentage de 70% à 85% de la population américaine vaccinée pour se rapprocher d'une immunité collective, selon les estimations de certains experts américains.

La prochaine échéance concernera la vaccination des enfants âgés entre 2 et 11 ans. Pfizer/BioNTech a également déposé une demande d’autorisation en urgence de son vaccin auprès de la FDA et attend une réponse favorable pour septembre prochain.

Débat sur l'envoi prioritaire de vaccins à l'international

Cette annonce a, cependant, engendré un débat quant à son caractère éthique. La décision de vacciner les enfants, beaucoup moins exposés aux cas graves de la maladie, indigne certains alors que d'autres pays attendent toujours d'avoir suffisamment de doses pour vacciner leurs populations les plus à risque, comme les personnes âgées ou les soignants.

Lire aussi

"Vacciner davantage de monde aux États-Unis ne nous aidera pas si les variants en Inde ou en Asie du Sud sont hors de contrôle, et arrivent jusqu'à nous", a regretté la Dr Priya Sampathkumar, de la fédération hospitalo-universitaire et de recherche américaine Mayo Clinic. Mais le gouvernement de Joe Biden a promis de fournir à d'autres pays 60 millions de doses du vaccin d'AstraZeneca contre le Covid-19.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Proche-Orient : Macron et Al-Sissi s'entretiennent avec le roi de Jordanie

Covid-19 : un tiers de la population de l'UE a reçu au moins une dose

La Commission européenne préconise-t-elle réellement de fixer la retraite à 70 ans ?

Gérald Darmanin s'invite à la manifestation des policiers devant l'Assemblée le 19 mai

Carte bancaire : vos achats en ligne de plus de 30 euros désormais soumis à l'authentification forte

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.