Les Etats-Unis affichent-ils le plus faible taux de létalité au monde, comme l'affirme Donald Trump ?

Donald Trump cherche à mettre en avant son bilan dans la gestion de l'épidémie.

COMPARAISONS - Lors de sa 1re prise de parole publique depuis l'élection, Donald Trump a défendu sa gestion de l'épidémie. Les Etats-Unis assure-t-il, affichent le taux de létalité le plus faible au monde : une affirmation fausse au sujet d'un indicateur peu pertinent dans la période actuelle. Explications.

Refusant toujours d'admettre la victoire de Joe Biden, Donald Trump s'est exprimé pour la première fois vendredi depuis l'annonce des résultats de l'élection présidentielle. Une conférence de presse d'un peu plus d'une demi-heure durant laquelle il s'est focalisé sur la gestion de l'épidémie de Covid-19 et sur les récentes avancées annoncées par Pfizer dans la conception d'un vaccin.

Donald Trump, au cours de son intervention, a vanté les réussites qu'il attribue à son administration : "Notre pays affiche le taux de létalité le plus bas au monde", n'a-t-il pas hésité à affirmer. Des propos démentis par les chiffres.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Un indicateur à prendre avec d'énormes pincettes

Pour vérifier les déclarations du président américain, on peut se pencher sur les données compilées par l'université Johns-Hopkins, source de référence mobilisée depuis le début de l'épidémie. Si cette dernière agrège des chiffres relatifs aux nombres de cas ou de morts à travers le monde, elle s'intéresse également au taux de létalité. Un taux qui reflète la proportion de décès liés à une maladie par rapport au nombre total des cas recensés.

Avec 10,5 millions de cas enregistrés et  un peu plus de 242.000 décès, les Etats-Unis affichent aujourd'hui un taux de létalité de 2,3%. C'est moins que la Grande-Bretagne (3,9%) ou l'Italie (4,1%), mais plus que l'Allemagne (1,6%) ou la France (2,2%). En réalité, toujours selon l'université Johns Hopkins, pas moins de 107 pays affichent un taux de létalité plus faible que les Etats-Unis.

Lire aussi

Si les propos de Donald Trump se révèlent complètement faux, il est nécessaire de souligner que dans le cadre d'une pandémie comme celle que nous vivons actuellement, le taux de létalité constitue un indicateur peu utile, voire trompeur. En effet, puisqu'il se base sur le nombre de morts rapportés au nombre de cas détectés, il s'avère très dépendant des politiques de dépistage mises en œuvre par les différents pays. 

Si un pays décide de ne tester qu'une infime partie de sa population mais enregistre de multiples décès, le taux de létalité va bondir. À l'inverse, un pays qui multiplie les tests va mathématiquement voir baisser le taux de létalité sur son sol. Comme le démontrait Libération en juin, la France a longtemps affiché un taux de létalité très élevé, faute de capacités de dépistage. Une situation qui n'est aujourd'hui plus du tout d'actualité. 

D'autres indicateurs, plus pertinents, s'avèrent plus judicieux pour comparer l'impact de l'épidémie en fonction des pays : le nombre de décès pour 100.000 habitants notamment. Avec 74 morts pour 100.000 habitants, les Etats-Unis affichent ainsi le 13e pire bilan au monde, voire le 11e si l'on fait abstraction de Saint-Marin et d'Andorre, dont la très faible population rend les données plus fragiles. 

Peu pertinent, le taux de létalité avancé par Donald Trump doit donc être analysé avec une grande prudence. Il faut par ailleurs veiller à ne pas le confondre avec le taux de létalité réel, ou "infection fatality rate" dans sa version anglaise, sur lequel se penchent les chercheurs. Ce dernier désigne en effet la proportion de personnes atteintes par le virus et qui en décèdent. Cet indicateur, délicat à évaluer car il suppose de connaître avec précision la part de la population contaminée, fait l'objet de modélisations de la part des scientifiques. Comme l'indiquait LCI il y a quelques jours, on l'estime aujourd'hui à environ 1%, avec des disparités en fonctions des pays et surtout des classes d'âge. 

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : 500.000 participants à travers la France, selon les organisateurs

EN DIRECT - Covid-19 : 12.580 cas positifs supplémentaires en 24 heures en France

Voici l'attestation de déplacement dérogatoire nécessaire à partir de ce samedi 28 novembre

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Lire et commenter