Les Etats-Unis ont voté contre une résolution de l'ONU condamnant la peine de mort pour l'homosexualité

Les Etats-Unis ont voté contre une résolution de l'ONU condamnant la peine de mort pour l'homosexualité

MALAISE - L'ONU a approuvé ce vendredi une résolution condamnant l'utilisation de la peine de mort de manière discriminatoire, punissant "l'apostasie, le blasphème, l'adultère et les relations entre personnes du même sexe". Mais, à la surprise générale, les Etats-Unis se sont joints à une minorité d'États dont le Qatar et l'Arabie Saoudite qui ont voté contre.

Incroyable mais vrai : au Conseil des droits de l’homme, 13 pays, dont les Etats-Unis, ont voté contre la résolution de l'ONU condamnant les pays punissant notamment "l'apostasie, le blasphème, l'adultère et l’homosexualité" par la peine de mort. Les Etats-Unis se sont ainsi joints à une minorité d'Etats dont le Qatar et l'Arabie Saoudite, pays allié des Etats-Unis dans la région, à la législation extrêmement dure en la matière (une relation sexuelle homosexuelle entre un musulman et un non-musulman y est notamment punie de lapidation).

L'événement a eu lieu ce vendredi mais il n'a été mis en lumière que très - et trop - tardivement, à la faveur de tweets interloqués dont celui de l'actrice Sasha Grey. 

Tout est parti de l'ILGA (Association Internationale Lesbienne, Gay, Bi, Trans et Intersex) qui a révélé le résultat paradoxal de ce vote. 

Silence radio de l'administration Trump

Toujours selon l’Association internationale des lesbiennes, gay, bisexuel, transsexuels et intersexués, les relations non-hétérosexuelles sont passibles de la peine de mort dans treize Etats à majorité musulmane : Iran, Irak, Syrie, Arabie saoudite, Yémen, Soudan, Nigeria, Somalie, Afghanistan, Pakistan, Qatar, Emirats arabes unis, Mauritanie.

Plus largement, c’est en Afrique que les droits des homosexuels sont les plus mis à mal : deux tiers des pays criminalisent en effet cette pratique nommée "homophobie d'Etat". Seule l'Afrique du Sud reconnaît et protège ses minorités sexuelles. 

Lire aussi

L'administration Trump n'a donné aucune explication à ce vote, survenu quelques jours seulement après que le Président Trump a approuvé, dans la controverse, la candidature de Roy Moore pour le Parti républicain au Sénat. Ce juge de l'Alabama, homophobe notoire, avait déclaré notamment déclaré dans une interview télévisée datant de 2005 que l'homosexualité devait être rendue illégale ("la Constitution est fondée sur la morale établie par les Écritures saintes"), la qualifiant d'"abjecte, immorale", de "crime contre la nature" et de "mal inhérent". 

Comme le titre l'article de ThinkProgress.org en exergue : "So far, no explanation has been given" ("Jusqu'ici, aucune explication n'a été fournie"). 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le vaccin chinois Sinopharm obtient une homologation d'urgence de l'OMS

Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a tenté de s'interposer

"Je n'avais jamais subi une telle violence" : le maire de Nice Christian Estrosi annonce qu'il quitte Les Républicains

EN DIRECT - Procès Lelandais : "J'ai dit ce qui s'est passé", conclut l'ancien maître-chien

Covid-19 : voisin de l'Inde, le Népal pourrait faire face à une situation encore plus incontrôlable

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.